Ecoute le cri de la terre ! 13

Publié le 30 Avril 2021

 

ECOUTE LE CRI DE LA TERRE ! 13 VENDREDI 30 AVRIL 2021 

VENDREDI 30 AVRIL 2021 

A – Pour entrer dans la prière (avec le Psaume de la Création de Patrick RICHARD) 

Par tous les océans et par toutes les mers Par tous les continents et par l'eau des rivières Par le feu qui te dit comme un buisson ardent Et par l'aile du vent, je veux crier : 

Par cette main tendue qui invite à la danse Par ce baiser jailli d'un élan d'espérance Par ce regard d'amour qui révèle et réchauffe Par le pain et le vin, je veux crier : 

Mon Dieu, tu es grand, tu es beau 

Dieu vivant, Dieu très-haut 

Tu es le Dieu d'amour 

Mon Dieu, tu es grand, tu es beau 

Dieu vivant, Dieu très-haut 

Dieu présent en toute création 

B – A l’écoute de la Parole de Dieu 

- Psaume 104 (104, 4-6) 

Cherchez le Seigneur et sa puissance, recherchez sans trêve sa face ; 

souvenez-vous des merveilles qu'il a faites, de ses prodiges, des jugements qu'il prononça, vous, la race d'Abraham son serviteur, les fils de Jacob, qu'il a choisis. 

C – Compendium de LA DOCTRINE SOCIALE DE L’EGLISE  

Dixième Chapitre : SAUVEGARDER L’ENVIRONNEMENT 

III. La crise dans le rapport entre l’homme et l’environnement 

463 Une conception correcte de l'environnement ne peut pas, d'une part, réduire de  manière utilitariste la nature à un simple objet de manipulation et d'exploitation, et elle ne  doit pas, d'autre part, l'absolutiser et la faire prévaloir sur la personne humaine au plan de  la dignité. Dans ce dernier cas, on en arrive à diviniser la nature ou la terre, comme on peut  facilement le constater dans certains mouvements écologiques qui demandent de donner à  leurs conceptions un aspect institutionnel internationalement garanti.1 

Le Magistère a motivé son opposition à une conception de l'environnement s'inspirant de l'écocentrisme et du  biocentrisme, car celle-ci « se propose d'éliminer la différence ontologique et axiologique entre l'homme et les  autres êtres vivants, en considérant la biosphère comme une unité biotique de valeur indifférenciée. On en vient  ainsi à éliminer la responsabilité supérieure de l'homme en faveur d'une considération égalitariste de la “dignité” de  tous les êtres vivants ».2 

D – Notre Père 

  

1Cf. par exemple, Conseil Pontifical de la Culture - Conseil Pontifical pour le Dialogue Interreligieux, Jésus-Christ le porteur d'eau vive. Une réflexion  chrétienne sur le « Nouvel Âge », Libreria Editrice Vaticana, Cité du Vatican 2003, p. 36. 

2Jean-Paul II, Discours aux participants à un Congrès sur environnement et santé (24 mars 1997), 5 : Insegnamenti di Giovanni Paolo II, XX, 1 (1997)  522.

1 

Rédigé par Paroisse Sainte Catherine du Passage

Publié dans #Itinéraire spirituel

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article