Homélie du 30 mai 2021 – Sainte Trinité – Baptêmes d’Alexandre (et première communion) et Jade

Publié le 31 Mai 2021

Homélie du 30 mai 2021 – Sainte Trinité – Baptêmes d’Alexandre (et première communion) et Jade

Cher Alexandre, Chère Jade et vous tous, frères et sœurs dans le Christ Jésus,

 

Pour parler de la trinité je préfère le terme « mystère » au terme « concept ». Qu’est ce qu’un mystère ? En famille, quand on dit d’une chose que c’est un mystère c’est qu’on n’en sait pas grand-chose, ou qu’on n’y comprend rien. Ici « Mystère » est à entendre comme une vérité qui nous est révélée par la Bible ou enseignée par l’Eglise. On peut toujours en comprendre quelque chose. Mais jamais notre intelligence en a perçu toutes les dimensions. Le mystère est une vérité de foi dont on n’a jamais fini d’approfondir la compréhension. Et cette vérité cimente notre communion.

 

1 - Mystère

Nous célébrons aujourd’hui la vérité d’un Dieu unique en trois personnes distinctes. Ce mystère semble caché à beaucoup. Il est refusé par ceux qui, croyant en un seul Dieu, voit en nous une croyance en 3 dieux distincts. Je vais tenter une image pour mieux comprendre. Nous sommes tous des personnes distinctes et pourtant nous sommes tous de la même humanité. La personne du Père est distincte de celle du Fils et de celle de l’Esprit Saint.  Mais les trois « est » Dieu. Cette tournure grammaticale choque nos oreilles, parlons donc de Trinité, la Trinité est Dieu. Cette unité est indivisible. Ce n’est pas la somme des trois qui fait Dieu. Dieu est trine. Le Père n’est pas plus Dieu que le Fils qui le serait moins que l’Esprit. Il y a autant l’être de Dieu dans le Père que dans le Fils et que dans l’Esprit. Pour nous chrétiens, c’est le Fils fait homme, Jésus qui nous révèle le Père et qui envoie l’Esprit Saint. Les mots de l’intelligence peuvent nous aider à comprendre, mais sans la foi, nous ne saisissons rien de cette réalité de la Trinité.

 

2 - Foi

Avons-nous remarqué dans l’Evangile que nous venons d’entendre ? A l’Ascension, certains disciples eurent des doutes. Malgré cela, ils restent pour entendre les dernières recommandations du ressuscité. C’est avec leurs doutes qu’ils continuent à constituer l’équipe des Apôtres. Si bien qu’eux tous, rassemblés avec la Vierge Marie recevront l’Esprit de Pentecôte. Avez-vous remarqué chez les adultes ? Et peut-être en avez-vous déjà fait l’expérience ! Quand on a des doutes sur quelqu’un, on passe beaucoup de temps soit à se rassurer « c’est pas possible, c’est pas vrai », soit à mener l’enquête. Quand surviennent les doutes dans la foi, on pourrait être tenté de tout plaquer, et de vivre sans Dieu. On oublie que la foi est un don : un don de Dieu. On oublie que la foi est vivante. Elle a donc besoin de se nourrir, de s’entretenir. On oublie que nous sommes responsables de la foi que nous avons reçue. La faire grandir seuls, avec notre intelligence, notre savoir, notre dictionnaire, c’est risqué de se tromper et de croire du faux. Notre foi se nourrit de la foi de l’Eglise. C’est un sens du terme communion.

 

3 - Communion

Comme les trois personnes de la Trinité sont unies les unes aux autres par leur divinité. Nous sommes unis les uns aux autres par les grâces que nous recevons de Dieu dans les sacrements. En instituant l’équipe des 12, notre Seigneur a voulu plus qu’une équipe de vainqueurs sans faute dans le jeu. Il a institué l’Eglise par laquelle il se rend présent au monde. Cette Eglise, elle est faite de pécheurs, de blessés, de fêlés même.  Mais il la rend sainte. Il la constitue Peuple de Dieu dans le Baptême, Corps du Christ dans l’Eucharistie, Temple de l’Esprit Saint dans la Confirmation. Dans un instant, je demanderai au Seigneur de ne pas regarder nos péchés mais la foi de son Eglise. Nos péchés divisent notre vie, notre être intérieur, ils divisent au cœur du monde et au sein de l’Eglise. Mais la foi nous fait entrer en communion les uns avec les autres. La foi est le ciment de notre vie chrétienne.

 

Chers enfants, chers grands, pour entrer dans le mystère de la Trinité, il nous faut beaucoup d’humilité : humilité de la foi en Dieu, humilité de la confiance en l’Eglise.                                                                              Amen

 

Votre Abbé, Jérôme

Rédigé par Paroisse Sainte Catherine du Passage

Publié dans #Homélies

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article