Publié le 28 Avril 2014

L'association Stand'Up propose un festival d'art et de musique les vendredi 2 et samedi 3 mai à l'Espace culturel François Mitterrand à Boé.

Concerts, débats, ateliers...
Avec la participation de Dan Luiten, Matt Marvane, Nicolas Ternisien et Louise Zbinden.

 

Programme :

 

Vendredi 2 Mai

20h: Soirée louange avec Louize Zbinden et Nicolas Ternisien

 

Samedi 3 Mai :

Matin : adultes : Café UP : Echanges et partages autour d’un café et de quelques viennoiseries autour du thème : « Pourquoi et comment être chrétien au XXIème siècle? »

enfants : Chocolat UP : « Etre enfant de Dieu »

midi : 12h 14h repas sur place

De 14h00 à 15h15 : Atelier 1 ou Conférence 1 avec l’ACAT*

De 15h30 à 16h45 : Atelier 2 ou Conférence 2 « Foi et média »

enfants : De 14h00 à 17h00 : Atelier artistique ou atelier sport

17h00 : Scène ouverte de restitution des ateliers

19h00 : Barbecue

20h00 : Concerts avec Matt Marvane et Dan Luiten

 

Pour tout renseignement :

Association Stand'Up
2, rue des Tulipes - 47550 Boé
Tél : 06 95 77 25 26

ou http://standup47.com/festivart/

Festiv'art : Festival chrétien le 2 et 3 mai 2014

Matt Marvane

Dan Luiten

Nicolas Ternisien

Louise Zbiden

Voir les commentaires

Rédigé par Paroisse Sainte Catherine du Passage

Publié dans #sortir

Repost0

Publié le 27 Avril 2014

 homélie du pape François Rome,27 avril 2014

«Au centre de ce dimanche qui conclut l'Octave de Pâques, et que Jean-Paul II a voulu dédier à la Divine Miséricorde, il y a les plaies glorieuses de Jésus ressuscité.

Il les montre dès la première fois qu'il apparaît aux Apôtres, le soir même du jour qui suit le sabbat, le jour de la résurrection. Mais ce soir là Thomas n'est pas là; et quand les autres lui disent qu'ils ont vu le Seigneur, il répond que s'il ne voyait pas et ne touchait pas les blessures, il ne croirait pas. Huit jours après, Jésus apparut de nouveau au Cénacle, parmi les disciples, et Thomas aussi était là; il s'adresse à lui et l'invite à toucher ses plaies. Et alors cet homme sincère, cet homme habitué à vérifier en personne, s'agenouille devant Jésus et lui dit « Mon Seigneur et mon Dieu » (Jn 20,28).

Les plaies de Jésus sont un scandale pour la foi, mais elles sont aussi la vérification de la foi. C'est pourquoi dans le corps du Christ ressuscité les plaies ne disparaissent pas, elles demeurent, parce qu'elles sont le signe permanent de l'amour de Dieu pour nous, et elles sont indispensables pour croire en Dieu. Non pour croire que Dieu existe, mais pour croire que Dieu est amour, miséricorde, fidélité. Saint Pierre, reprenant Isaïe, écrit aux chrétiens: «Par ses plaies vous avez été guéris» (1P 2,24 ; Cf. Is 53,5).

Jean XXIII et Jean-Paul II ont eu le courage de regarder les plaies de Jésus, de toucher ses mains blessées et son côté transpercé. Ils n'ont pas eu honte de la chair du Christ, ils ne se sont pas scandalisés de lui, de sa croix ; ils n'ont pas eu honte de la chair du frère (Cf. Is58,7), parce qu'en toute personne souffrante ils voyaient Jésus. Ils ont été deux hommes courageux, remplis de la liberté et du courage(parresia) du Saint Esprit, et ils ont rendu témoignage à l'Église et au monde de la bonté de Dieu, de sa miséricorde.

Ils ont été des prêtres, des évêques, des papes du XXème siècle. Ils en ont connu les tragédies, mais n'en ont pas été écrasés. En eux, Dieu était plus fort ; plus forte était la foi en Jésus Christ rédempteur de l'homme et Seigneur de l'histoire; plus forte était en eux la miséricorde de Dieu manifestée par les cinq plaies ; plus forte était la proximité maternelle de Marie.

En ces deux hommes, contemplatifs des plaies du Christ et témoins de sa miséricorde, demeurait une « vivante espérance », avec une « joie indicible et glorieuse» (1P 1,3.8). L'espérance et la joie que le Christ ressuscité donne à ses disciples, et dont rien ni personne ne peut les priver. L'espérance et la joie pascales, passées à travers le creuset du dépouillement, du fait de se vider de tout, de la proximité avec les pécheurs jusqu'à l'extrême, jusqu'à l'écoeurement pour l'amertume de ce calice. Ce sont l'espérance et la joie que les deux saints Papes ont reçues en don du Seigneur ressuscité, qui à leur tour les ont données au peuple de Dieu, recevant en retour une éternelle reconnaissance.

Cette espérance et cette joie se respiraient dans la première communauté des croyants, à Jérusalem, dont nous parlent les Actes des Apôtres (Cf. 2, 42-47). C'est une communauté dans laquelle se vit l'essentiel de l'Évangile, c'est-à-dire l'amour, la miséricorde, dans la simplicité et la fraternité.

C'est l'image de l'Église que le Concile Vatican II a eu devant lui. Jean XXIII et Jean-Paul II ont collaboré avec le Saint Esprit pour restaurer et actualiser l'Église selon sa physionomie d'origine, la physionomie que lui ont donnée les saints au cours des siècles. N'oublions pas que ce sont, justement, les saints qui vont de l'avant et font grandir l'Église. Dans la convocation du Concile, Jean XXIII a montré une délicate docilité à l'Esprit Saint, il s'est laissé conduire et a été pour l'Église un pasteur, un guide-guidé. Cela a été le grand service qu'il a rendu à l'Église ; il a été le Pape de la docilité à l'Esprit.

Dans ce service du Peuple de Dieu, Jean-Paul II a été le Pape de la famille. Lui-même a dit un jour qu'il aurait voulu qu'on se souvienne de lui comme du Pape de la famille. Cela me plaît de le souligner alors que nous vivons un chemin synodal sur la famille et avec les familles, un chemin que, du Ciel, certainement, il accompagne et soutient.

Que ces deux nouveaux saints Pasteurs du Peuple de Dieu intercèdent pour l'Église, afin que, durant ces deux années de chemin synodal, elle soit docile au Saint Esprit dans son service pastoral de la famille. Qu'ils nous apprennent à ne pas nous scandaliser des plaies du Christ, et à entrer dans le mystère de la miséricorde divine qui toujours espère, toujours pardonne, parce qu'elle aime toujours.»

Voir les commentaires

Rédigé par Paroisse Sainte Catherine du Passage

Publié dans #Homélies

Repost0

Publié le 27 Avril 2014

Le Pape François a canonisé Jean XXIII et Jean Paul II, dimanche 27 avril, lors d'une messe à laquelle ont assisté plusieurs centaines de milliers de fidèles, place Saint-Pierre à Rome.

« Nous déclarons et définissons saints les bienheureux Jean XXIII et Jean Paul II, et nous les inscrivons dans le catalogue des saints et établissons que dans toute l'Eglise ils soient dévotement honorés parmi les saints », a dit solennellement le pape argentin, en latin, sous une pluie fine, aussitôt acclamé par la foule, tandis que les cloches résonnaient dans toute la ville de Rome.

Deux reliquaires ont ensuite été portés près de l'autel : l'un contenant une petite fiole de sang de Jean Paul II, l'autre un morceau de peau de Jean XXIII.

Dans son homélie,le Pape François a rendu hommage à « deux hommes courageux, remplis de la liberté et du courage du Saint-Esprit », et qui ont « rendu témoignage à l’Église et au monde de la bonté de Dieu, de sa miséricorde ».

« Ils ont été des prêtres, des évêques, des papes du XXe siècle », a encore dit le pape. « Ils en ont connu les tragédies, mais n’en ont pas été écrasés. En eux, Dieu était plus fort. »

Le pape émérite Benoît XVI, prédécesseur de François et successeur de Jean Paul II, était également présent. Sans être placé aux côtés de son successeur, pour ne pas créer de confusion, l’ancien pape âgé de 86 ans a concélébré la messe, au milieu des cardinaux, livret en main et murmurant les chants de louange. Mais cette claire distinction des rôles n’empêchera pas ce 27 avril d’entrer dans l’histoire comme le « dimanche des quatre papes ». Le pape François l’a voulu ainsi.

JEAN XXIII, « LE PAPE DE LA DOCILITÉ À L’ESPRIT »

« Dans la convocation du Concile, Jean XXIII a montré une délicate docilité à l’Esprit Saint », a dit le pape François. « Il s’est laissé conduire et a été pour l’Église un pasteur, un guide-guidé. Cela a été le grand service qu’il a rendu à l’Église ; il a été le Pape de la docilité à l’Esprit. »

JEAN-PAUL II, « LE PAPE DE LA FAMILLE »

Pour le pape François, « Jean-Paul II a été le pape de la famille. Lui-même a dit un jour qu’il aurait voulu qu’on se souvienne de lui comme du pape de la famille. Cela me plaît de le souligner alors que nous vivons un chemin synodal sur la famille et avec les familles, un chemin que, du Ciel, certainement, il accompagne et soutient. »

Saint Jean XXIII sera fêté le 3 juin, date anniversaire de sa mort en 1963, et Saint Jean-Paul II sera fêté le 22 octobre, jour anniversaire de l’inauguration de son pontificat, en 1978.

sources : la Croix,le Figaro,Le Monde

Jean XXIII et Jean Paul II proclamés  saints
Jean XXIII et Jean Paul II proclamés  saints
Jean XXIII et Jean Paul II proclamés  saints
Jean XXIII et Jean Paul II proclamés  saints

Voir les commentaires

Rédigé par Paroisse Sainte Catherine du Passage

Publié dans #Pape François

Repost0

Publié le 26 Avril 2014

Canonisation de Jean XXIII et de Jean-Paul II le 27 avril 2014

C'est devant des centaines de milliers de fidèles venus d'Italie, de Pologne et d'ailleurs que le Pape François canonisera dimanche sur la place Saint-Pierre les deux papes : Giuseppe Angelo Roncalli, l'homme du Concile Vatican II (1962-65) qui ouvrit l'Eglise catholique à la société et aux autres religions, et Karol Wojtyla, le globe-trotter et tombeur du communisme.

JEAN XXIII

Angelo Giuseppe Roncalli (Sotto il Monte, près de Bergame, Italie, 25 novembre 1881Rome, 3 juin 1963) fut élu pape le 28 octobre 1958 sous le nom de JeanXXIII (en latin Ioannes XXIII, en italien Giovanni XXIII). Il convoqua le IIe concile œcuménique du Vatican (1962-1965, appelé aussi concile Vatican II), dont il ne vit pas la fin car il mourut le 3 juin 1963, deux mois après avoir achevé l’encyclique Pacem in Terris. Béatifié par Jean-Paul II à l’occasion du Jubilé de l’an 2000, il est désormais le « bienheureux pape Jean XXIII » pour l’Église catholique romaine. Sa fête a lieu le 11 octobre, jour de l’ouverture de Vatican II. Sa canonisation est prévue pour le 27 avril 2014. En Italie, on lui donne le surnom affectueux d’Il Papa Buono (« Le Bon Pape », ou « Le Gentil Pape »).

JEAN-PAUL II

Karol Józef Wojtyła (Wadowice, près de Cracovie, en Pologne, 18 mai 1920 – Vatican, 2 avril 2005) est un prêtre polonais, évêque puis archevêque de Cracovie, cardinal, élu pape de l’Église catholique le 16 octobre 1978 sous le nom de Jean-Paul II . Il a été béatifié le 1er mai 2011 par son successeur le pape Benoît XVI et il est donc, pour les catholiques, le « bienheureux Jean-Paul II », en attendant sa canonisation prévue pour le 27 avril 2014.

Pendant Vatican II, sa maîtrise des langues et de la théologie en font le porte-parole de l'épiscopat polonais ce qui le fait remarquer par le futur Paul VI. Archevêque, puis cardinal en 1968 (le plus jeune) il défend les ouvriers face au régime communiste, défendant les droits de l'homme et il s'intègre à la curie où, à la demande de Paul VI, il prêche avec charisme les exercices spirituels de 1976. Il reçoit des voix lors du premier conclave de 1978. Il est élu sur proposition du cardinal König à la mort brutale de Jean-Paul Ier.

Son pontificat (26 ans 5 mois et 18 jours) est à ce jour le troisième plus long de l’histoire de l’Église après celui de saint Pierre et Pie IX (31 ans 7 mois et 23 jours). C’est le premier pape non italien depuis le pape hollandais Adrien VI en 1520 et le premier pape polonais de l’histoire de l’Église

Il parcourut plus de 129 pays pendant son pontificat, plus de cinq cents millions de personnes ayant pu le voir durant cette période, et institua de grands rassemblements comme les Journées mondiales de la jeunesse. Il béatifia 1 340 personnes et canonisa 483 saints, soit plus que pendant les cinq siècles précédents.

Il fut l'ardent défenseur des réformes du concile Vatican II, auquel il participa très activement en tant qu’évêque.

Canonisation de Jean XXIII et de Jean-Paul II le 27 avril 2014
Canonisation de Jean XXIII et de Jean-Paul II le 27 avril 2014

Voir les commentaires

Rédigé par Paroisse Sainte Catherine du Passage

Publié dans #Pape François

Repost0

Publié le 26 Avril 2014

Vigile Pascale 2014,Baptême d'Audrey
Vigile Pascale 2014,Baptême d'Audrey
Vigile Pascale 2014,Baptême d'Audrey
Vigile Pascale 2014,Baptême d'Audrey
Vigile Pascale 2014,Baptême d'Audrey

Voir les commentaires

Rédigé par Paroisse Sainte Catherine du Passage

Publié dans #Vie de la paroisse

Repost0

Publié le 14 Avril 2014

                                    Lundi 14 avril


               messe Chrismale Cathédrale Saint Caprais 19h


                  Messe présidée par Mgr Herbreteau,

               avec tous les prêtres et diacres du diocèse

          Durant la messe Chrismale,l'Evêque consacre le Saint Chrème et bénit les autres huiles saintes.

                                   Mercredi 16 avril :

                             18h Sainte Jehanne :

                 Célébration Communautaire de Réconciliation

                                  Jeudi Saint 17 avril :

                                        Célébration de la Cène du Seigneur 

                               20h00 Saint Urbain


                                  vendredi Saint

                           chemin de croix 

               15h: Saint Urbain,Sainte Jehanne ,Saint Joseph

                               Célébration de la Passion du Seigneur :

18h Saint Joseph 


           vigile pascale samedi 19 avril :


                            Sainte Jehanne 21h00


                           dimanche de Pâques


                           10h30  : Sainte     Jehanne

Voir les commentaires

Rédigé par Paroisse Sainte Catherine du Passage

Publié dans #Vie de la paroisse

Repost0

Publié le 2 Avril 2014

P1010409.JPGUne trentaine de jeunes collégiens du doyenné de l’Agenais se sont retrouvés samedi 29 mars au centre Jean XXIII pour un temps fort animé par le CCFD terre solidaire.

En grand groupe, ils ont commencé par regarder et écouter le récit de la passion du Christ à partir d’une œuvre d’art « scènes de la passion du Christ » avant de participer, en petites équipes à trois ateliers où ils étaient invités, à chaque fois, à contempler une station du chemin de croix Via Crucis africana,  peint par le Père Mveng, jésuite camerounais assassiné en 1995.

Ils ont ensuite simulé une situation d’exclusion ou de précarité en se mettant dans la peau de migrants pressés de préparer une valise avec trois objets indispensables puis forcés de n’en garder qu’un seul, ou bien d’avancer en groupe solidaire sur un parcours semé d’obstacles, le moindre bruit pénalisant le groupe tout entier , avant de regarder un court documentaire sur des jeunes du Nicaragua touchés par la migration de certains membres de leur famille et qui essaient de s’en sortir en organisant des activités solidaires.P1010418.JPG

A la fin de chaque atelier, les jeunes devaient donner un titre à la station du chemin de croix et faire le lien avec une situation d’exclusion ou de rejet qu’on peut rencontrer dans nos sociétés.

 

Pour conclure la rencontre, ils ont mis en commun ce qu’ils ont vécu en priant le Seigneur de nous rendre un peu plus attentifs et plus solidaires de ceux qui souffrent.P1010421.JPG

Voir les commentaires

Rédigé par Paroisse Sainte Catherine du Passage

Publié dans #Catéchèse

Repost0