Publié le 27 Octobre 2020

Rédigé par Paroisse Sainte Catherine du Passage

Publié dans #Horaires des messes, #Vie de la paroisse, #informations, #sortir

Repost0

Publié le 25 Octobre 2020

Homélie du 25 octobre 2020, XXXème Dimanche du Temps Ordinaire (Année A)

 

Frères et sœurs dans le Christ Jésus,

 

A la suite des chrétiens de Thessalonique, nous sommes invités à « devenir un modèle pour tous les croyants ».

Laissons-nous modeler par la Parole de Dieu pour être modèles de charité.

 

1. Le Christ est notre modèle

 

Permettez-moi de citer Saint Jérôme : « Ce qui a de la valeur, c’est d’être chrétien et non dans le paraître ».  Je nous invite, et moi, le premier à ne pas confondre modèle et top modèle. Frères et sœurs, qu’est-ce qu’un modèle ? Dans le texte grec, le terme employé est [tupos]. On peut le traduire par « modèle », mais aussi par « image ». Par le baptême et la confirmation chacun de nous est « alter christus », un autre christ. Nous sommes appelés à refléter l’image du Christ. C’est lui notre modèle. A la question posée dans l’Evangile aujourd’hui, Jésus ne répond pas de manière règlementaire : « voilà, ce que dit la Loi ». Souvent nous entendons, et disons peut être : « voilà ce que dit le Pape … », « voilà l’enseignement de l’Eglise ». Ou encore : « Vous devez pensez cela, c’est la vérité… ». Alors que Jésus, lui, apporte des nuances : il n’y a pas un grand commandement mais deux commandements semblables, parallèles. Et à l’infini, les parallèles se rejoignent. Dans l’éternité de Dieu, dans son cœur, ces commandements n’en font qu’un. Et Jésus insiste : de là ne dépend pas seulement toute la loi - ce que nous devons faire - mais aussi les prophètes. Et « Paf » ce qui aurait pu être une règle froide et sans vie devient un chemin d’espérance ! Ce chemin a conduit les prophètes au martyre ; ce chemin conduit le Christ sur la Via Crucis,  sur le chemin de la Croix … « Il les aima jusqu’au bout ». Saint  Jean-Paul II enseignait la loi de gradualité. Elle ne signifie pas qu’il y a des lois plus importantes que d’autres. Mais que pour conduire certains de nos frères à Dieu, à un but juste est vrai, il faudra du temps, de la patience, une présence fraternelle. Apprenons du Christ à nuancer, et la loi de la gradualité nous le permet, plutôt que d’imposer ce qui serait reçu comme impossible, comme froid et sans vie et qui conduirait à la déception, à l’abandon, au désespoir.

 

2. Laissons-nous modeler par la Parole de Dieu

 

Chers amis, pour refléter l’image du Christ, nous ne pouvons compter sur nos propres forces. Le psalmiste le chantait : « Je t’aime, Seigneur, ma force ». La force est certes une vertu naturelle, le courage, mais c’est aussi un don de l’Esprit Saint. Pour ceux qui cheminent vers la Confirmation des jeunes avec l’itinéraire spirituel que je propose sur notre blog, ils auront à cœur de méditer sur ce don de force. Dans ce contexte, le Pape François souligne que la force est nécessaire pour devenir disciple par imitation. L’Esprit Saint inspire les auteurs sacrés de la Bible. Les pères de l’Eglise invitaient à se promener souvent dans le Jardin des Ecritures. Pour quoi faire ? Pour cueillir les fleurs de la connaissance et de l’amour de Dieu ; pour goûter aux mots des prophètes qui conduisent à se convertir au bien ; pour admirer les couleurs des lettres apostoliques ; pour se laisser toucher par l’œuvre du jardinier.  

En goûtant la Parole de Dieu, nous connaissons de mieux en mieux le Dieu Trinitaire révélé par le Fils dans l’Esprit Saint. Mieux le connaître pour quoi faire ? Pour l’aimer davantage et s’attacher toujours plus à lui.

Et l’aimer plus, pour quoi faire ? Pour être plus proche de lui, pour lui ressembler davantage.

 

3. Soyons modèles de charité.

 

Frères et sœurs, ce double commandement de l’amour vient comme équilibrer notre existence. Notre vie doit reposer sur ce trépied : aimer Dieu, aimer l’autre, s’aimer soi-même. S’il manque l’une de ces 3 dimensions, on est boiteux, notre vie est bancale. Il y a un juste équilibre à trouver entre l’amour de l’autre et l’amour de soir. Si j’éprouve un déficit d’amour de moi-même, je suis en danger, l’autre peut me manquer de respect. Je n’existe plus, l’autre prend toute la place, il m’arrache la vie. A contrario avoir un déficit d’amour de l’autre me précipite dans l’égoïsme stérile, l’autre peut devenir mon objet, je deviens dangereux. Comment équilibrer cela ? En aimant Dieu par dessus tout, en aimant Dieu plus que tous. Ainsi ma vie a un sens, je prends de l’épaisseur car c’est de l’amour pour Dieu, et de l’amour de Dieu que jaillit la justesse de l’amour personnel, celui pour le prochain comme celui que je me porte. Je deviens alors image du Christ, modèle pour beaucoup.

Quelle grâce demander au Seigneur en cette eucharistie ? Demandons que l’Esprit Saint transforme nos vies en la vie du Christ Jésus afin de vivre « à fond notre vocation », être sentinelle de l’amour, alter christus. Notre monde en a tant besoin !

 

Amen    

 

L’Abbé Jérôme POMIÉ

Voir les commentaires

Rédigé par Paroisse Sainte Catherine du Passage

Publié dans #Homélies

Repost0

Publié le 24 Octobre 2020

Chers Paroissiens,
Le 26 septembre dernier, les jeunes confirmands ont ouvert leur retraite par un carrefour pour répondre à la question : qu'est-ce que la Confirmation ? Ils ont dû y répondre par cette consigne : "dessine-moi la Confirmation". Répartis en 3 groupes, nous vous offrons le fruit de leur réflexion.
Lucie, Alexandre MF, Antoine, Alexandre GM

Lucie, Alexandre MF, Antoine, Alexandre GM

Marie-Nadrey, Marie-Astrid, Enora, Christian

Marie-Nadrey, Marie-Astrid, Enora, Christian

Alice, Joséphine, Cindy, Flavien, Mathis

Alice, Joséphine, Cindy, Flavien, Mathis

Chers Paroissiens, 
Nous continuons notre montée vers la Confirmation du 15 novembre par ce 5ème temps de notre itinéraire spirituel. 
En écho au psaume de la liturgie de ce dimanche, nous approfondirons avec le Pape François le don de Force.
Saint Dimanche et heureuse semaine.
Votre Abbé, Jérôme
 
Approfondir ce don en vidéos : 

Approfondir ce don en vidéos : 

Quelques chants :

Voir les commentaires

Repost0

Publié le 22 Octobre 2020

Voir les commentaires

Rédigé par Paroisse Sainte Catherine du Passage

Publié dans #Pape François, #informations, #poèmes-prières, #sortir

Repost0

Publié le 22 Octobre 2020

Rédigé par Paroisse Sainte Catherine du Passage

Publié dans #informations

Repost0

Publié le 20 Octobre 2020

Frères et sœurs dans le Christ Jésus

 

Vous l’aurez remarqué, ce dimanche, consacré à la Mission Universelle de l’Eglise, oriente notre prière, et donc notre action, pas seulement pour nos missionnaires partis loin de la Patrie pour animer des paroisses[1], créer des dispensaires ou des écoles. En ce dimanche nous célébrons la Mission de toute l’Eglise.  Et l’Eglise, c’est le peuple de tous les baptisés auxquels s’ajoutent mystérieusement ceux qui n’ont pas encore reçu l’Evangile et les sacrements et qui déploient dans leur vie leur capacité à aimer.

Permettez-moi de relater un évènement advenu vendredi matin à l’église Saint Urbain. Tandis que nous chantions les psaumes en rite pénitentiel, une dame s’est approchée de moi pour m’avertir que l’école maternelle du quartier venait trouver refuge dans l’église (en pleine messe, la priorité n’étant pas aux querelles laïco-religieuses), parce qu’une odeur de gaz le nécessitait.

Avec les fidèles qui étaient là, nous avons pu contempler l’image de l’Eglise, différente de celle de l’hôpital de campagne chère au cœur du Pape François. L’Eglise est un peuple qui accepte de se laisser bouleverser par la peine des autres, qui se laisse bousculer jusque dans sa liturgie. L’Eglise est un peuple qui accueille inconditionnellement pour trouver des solutions à court et long termes pour tous ceux que l’Esprit Saint lui envoie. Une Eglise qui, parce qu’elle est mère est maîtresse, enseignante, peut éclairer la société par ce qu’elle vit de l’intérieur : l’Evangile.

Je vais donc déployer rapidement, la thématique de cette occasion « Me voici, envoie-moi » avant de nous inviter à calfeutrer nos fuites et à cesser de répandre l’odeur du gaz.

 

1. « Me Voici »

C’est la réponse que feront les confirmands ici même le 15 novembre prochain à l’appel de leur nom. C’est la réponse des catéchumènes à l’Appel Décisif et au jour de leur baptême. C’est la réponse que j’ai faite au jour de  mes ordinations. Ce « Me Voici », nous pouvons l’accueillir dans l’écho du Fiat de la Vierge de l’Annonciation : « Voici la Servante du Seigneur ». En célébrant la mission universelle de l’Eglise, nous célébrons la mission de l’ensemble des baptisés, de chacun de nous. Je me compléterais le terme universel par le beau terme de « catholique ». Il signifie, certes universel, mais il veut dire aussi que dans l’Eglise est contenue l’entièreté du Christ. L’Eglise n’existe que pour être missionnaire. Chacun de nous n’existe, dans l’Eglise et pour le monde, que pour être missionnaire. Le Bx Marie-Eugène de l’Enfant Jésus ne s’y trompait pas, quand, reprenant la Tradition de l’Eglise, il définissait l’Eglise comme le Christ Ressuscité qui se déploie sur toute la face de la terre.

Alors « Me Voici » avec ce que je suis et ce que je ne suis pas … Envoie-moi !

 

2. « Envoie-moi »

Même si notre mission, ou mieux La Mission, nous tient à cœur, nous n’en sommes pas ni les instigateurs ni les propriétaires. Cette mission c’est celle de l’Eglise que lui confère le Christ au nom du Père dans l’Esprit Saint. Et je nous renvoie à l’homélie prononcée par notre évêque lors de mon installation. Alors il est nécessaire à chacun de nous d’être envoyé en mission pour les charges et les apostolats spécifiques. Il est nécessaire de relire cette mission, de se laisser éclairer et même d’y mettre un terme. Comme baptisé, c’est la célébration de la Messe où on reçoit le Christ dans la communauté rassemblée, par l’écoute de la Parole Dieu, et par la réception de l’Eucharistie qui entretient notre mission dans nos familles, au travail, dans le quartier, en associations, dans les partis politiques … Le Renvoi de l’Assemblée « Allez dans la paix du Christ » donne à chaque membre de la communauté la mission de porter le Christ au dehors de la messe. Si je ne suis pas capable de parler, que le Seigneur mette sur mes lèvres les mots de la Parole du Christ. Si je ne suis pas capable d’action pour le service, que je sache prêter mes mains, mes pieds à la douceur et à l’humilité du Christ.  Si je ne suis pas capable d’écouter, que j’offre mon silence pour que Dieu m’advienne dans les paroles des autres, dans les évènements du monde.

 

3. Attention, chers missionnaires, de ne pas être pour ceux auxquels le Seigneur nous envoie, une odeur de gaz

Le gaz domestique est nécessaire pour faire cuire nos aliments, pour nous chauffer, etc … mais il est aussi dangereux. Explosif. Parfois nous savons donner la nourriture, donner chaleur et réconfort, mais des fois, telle une fuite de gaz, nous blessons les autres parce que nous sommes explosifs. Les chairs non animées laissent échapper un gaz puant. Souvenons-nous que nous devons être pour Dieu la bonne odeur du Christ et non la puanteur de notre mauvais caractère ou de notre péché. Enfin, et c’est à la mode, missionnaires, ne proposons pas un gaz hilarant, capable de mettre d’en un état second pour masquer, pour éloigner, pour oublier la vérité.

 

Cette mission universelle de l’Eglise se déploie dès ici, dès maintenant en chacun de nous. Que Dieu nous y envoie dans sa grâce et dans sa paix.

Amen    

 

[1] Nous pensons tout spécialement à l’Abbé Vincent Chrétienne, dont la vocation sacerdotale est née à Sainte-Jehanne. Il est prêtre de l’Archidiocèse de Bordeaux et Bazas, missionnaire MEP (Missions Etrangères de Paris) au Cambodge. Pendant la collecte d’ouverture de la Messe, une servante d’assemblée a porté au pied de la représentation du Christ de la Divine Miséricorde une veilleuse votive qui demeurera désormais à cette place. Il y a 3 semaines, lors de son passage, l’Abbé Jérôme s’était engagé à ce geste pour rappeler à la communauté la demande formulée par l’Abbé Vincent de prière pour lui et la mission au Cambodge.

Voir les commentaires

Rédigé par Paroisse Sainte Catherine du Passage

Publié dans #Homélies

Repost0

Publié le 20 Octobre 2020

Rédigé par Paroisse Sainte Catherine du Passage

Publié dans #Horaires des messes, #Vie de la paroisse, #informations

Repost0

Publié le 18 Octobre 2020

Chers Paroissiens,
En ce dimanche, nous arrivons au milieu de notre itinéraire spirituel. Nous allons découvrir ou redécouvrir le don de conseil. Rendons grâce à Dieu pour l'Esprit Saint !
Saint Dimanche et heureuse semaine
Votre Abbé, Jérôme

Samedi 10 octobre, en la Basilique d'Assise, au nom du Pape François, l'Eglise a célébré la béatification du jeune Carlo Acutis (1991-2006), en présence de sa mère et de son père. "L'Eucharistie, c'est mon autoroute vers le ciel".  Je nous invite à le découvrir à travers ces quelques liens :

Voir les commentaires

Repost0

Publié le 12 Octobre 2020

Frères et sœurs dans le Christ Jésus

 

Tandis que nous nous approchons de la fin de l’année liturgique et de la fête du Christ Roi de l’Univers, la Parole de Dieu oriente notre réflexion, et ainsi notre conversion, vers les fins dernières, vers l’éternité.

Ce dimanche, la Parole nous révèle que la vie éternelle est comparable à un repas de noces, où finalement tous sont invités ; mais l’exigence pour être convives fait qu’il y a peu d’élus. La vie éternelle, c’est à dire le Royaume de Dieu a déjà commencé. Il est là au milieu de nous.

 

1. Le festin des noces :

Déjà dans sa prophétie, Isaïe voyait la fin des temps comme un grand festin opulent, copieux … Ce banquet est préparé par Dieu lui-même et il rassemble tous les peuples.  C’est la paix définitive, il n’y a plus ni tension entre les peuples, ni division dans les familles, ni COVID qui empêche de se rassembler.

Dans la Parabole de notre Evangile, Jésus va plus loin. Ce repas est un repas de mariage entre le fils du Roi et une belle dame, on l’espère. Tout à l’heure, en montrant l’hostie consacrée je dirai : heureux les invités au festin des noces de l’Agneau … Ces noces sont l’union entre le Fils, le Christ Jésus et l’Eglise, union nouée sur la Croix pour l’éternité. Le désir de Dieu c’est de rassembler toute l’humanité en une seule famille pour son fils, dans la vie, dans la paix.

 

2. Tous sont invités :

Il y avait bien sûr ceux pour qui des places avaient été réservées dès le début, ou du moins depuis bien longtemps. Mais ceux-ci, et pas seulement habitués à la malbouffe, refusent l’invitation : ils ne veulent pas venir. Dieu insistent, il envoie ses serviteurs, ce sont les prophètes. Le vent qu’ils portent devrait faire lever en leur cœur la raison, et cette raison c’est d’approcher de la salle des noces avec un cœur apaisé. Mais ce vent se transforme en courant d’air, et les invités de choix de tuer la voix des prophètes en tuant les hommes de Dieu.  

Alors tous sont invités et Jésus précise : « les mauvais comme les bons ». Parce que finalement, en chacun de nous cohabitent le mauvais comme le bon. Oui, pour répondre à l’invitation, il faut accepter de se laisser déranger, de quitter nos habitudes, de nous sortir de notre routine, de notre savoir faire et de nos compétences comme celui qui part à son champ dans la parabole. Il faut aussi accepter d’être autre chose qu’un appareil ou un pion de l’économie consumériste, comme celui qui part à son commerce.

Quelle réponse vais-je donner ? Suis-je prêt me laisser déranger, dérouter par Dieu ?

 

3. Mais il y a la question de l’exigence …

Il en est un qui se trouve dans la salle du banquet et qui n’a pas le vêtement de noces. Non parce qu’il est pauvre, ou qu’il n’a pas eu le temps de s’en procurer un. Mais parce que son silence le rend indifférent au projet de Dieu.

Quel est ce vêtement ? Le vêtement dans la Bible, c’est l’identité même de la personne. Au jour de notre baptême, la liturgie a insisté : tu es une créature nouvelle dans le Christ. Tu as revêtu le Christ ce vêtement blanc en est le signe.

Chers amis, gardons intacte la dignité des fils et des filles de Dieu. Continuons à revêtir le Christ. Comment ? dans la douceur et l’humilité, dans la pureté du cœur, en veillant à garder notre innocence même si cela nous arrache des larmes, en étant acteur de justice dans la charité, en faisant miséricorde, en étant artisan de paix, en témoignant à temps et à contretemps de l’amour Dieu. Mais aussi en rejetant le mal et en ayant recours à la confession.

 

Frères et sœurs, en nous approchant de ce repas soyons heureux, car nous sommes les invités du Père qui veut nous unir à son fils Jésus. Alors savourons l’Eucharistie, elle a une saveur d’éternité.

Amen

Abbé Jérôme POMIE

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par Paroisse Sainte Catherine du Passage

Publié dans #Homélies

Repost0

Publié le 11 Octobre 2020

Rédigé par Paroisse Sainte Catherine du Passage

Publié dans #Homélies

Repost0