Publié le 27 Avril 2014

Le Pape François a canonisé Jean XXIII et Jean Paul II, dimanche 27 avril, lors d'une messe à laquelle ont assisté plusieurs centaines de milliers de fidèles, place Saint-Pierre à Rome.

« Nous déclarons et définissons saints les bienheureux Jean XXIII et Jean Paul II, et nous les inscrivons dans le catalogue des saints et établissons que dans toute l'Eglise ils soient dévotement honorés parmi les saints », a dit solennellement le pape argentin, en latin, sous une pluie fine, aussitôt acclamé par la foule, tandis que les cloches résonnaient dans toute la ville de Rome.

Deux reliquaires ont ensuite été portés près de l'autel : l'un contenant une petite fiole de sang de Jean Paul II, l'autre un morceau de peau de Jean XXIII.

Dans son homélie,le Pape François a rendu hommage à « deux hommes courageux, remplis de la liberté et du courage du Saint-Esprit », et qui ont « rendu témoignage à l’Église et au monde de la bonté de Dieu, de sa miséricorde ».

« Ils ont été des prêtres, des évêques, des papes du XXe siècle », a encore dit le pape. « Ils en ont connu les tragédies, mais n’en ont pas été écrasés. En eux, Dieu était plus fort. »

Le pape émérite Benoît XVI, prédécesseur de François et successeur de Jean Paul II, était également présent. Sans être placé aux côtés de son successeur, pour ne pas créer de confusion, l’ancien pape âgé de 86 ans a concélébré la messe, au milieu des cardinaux, livret en main et murmurant les chants de louange. Mais cette claire distinction des rôles n’empêchera pas ce 27 avril d’entrer dans l’histoire comme le « dimanche des quatre papes ». Le pape François l’a voulu ainsi.

JEAN XXIII, « LE PAPE DE LA DOCILITÉ À L’ESPRIT »

« Dans la convocation du Concile, Jean XXIII a montré une délicate docilité à l’Esprit Saint », a dit le pape François. « Il s’est laissé conduire et a été pour l’Église un pasteur, un guide-guidé. Cela a été le grand service qu’il a rendu à l’Église ; il a été le Pape de la docilité à l’Esprit. »

JEAN-PAUL II, « LE PAPE DE LA FAMILLE »

Pour le pape François, « Jean-Paul II a été le pape de la famille. Lui-même a dit un jour qu’il aurait voulu qu’on se souvienne de lui comme du pape de la famille. Cela me plaît de le souligner alors que nous vivons un chemin synodal sur la famille et avec les familles, un chemin que, du Ciel, certainement, il accompagne et soutient. »

Saint Jean XXIII sera fêté le 3 juin, date anniversaire de sa mort en 1963, et Saint Jean-Paul II sera fêté le 22 octobre, jour anniversaire de l’inauguration de son pontificat, en 1978.

sources : la Croix,le Figaro,Le Monde

Jean XXIII et Jean Paul II proclamés  saints
Jean XXIII et Jean Paul II proclamés  saints
Jean XXIII et Jean Paul II proclamés  saints
Jean XXIII et Jean Paul II proclamés  saints

Voir les commentaires

Rédigé par Paroisse Sainte Catherine du Passage

Publié dans #Pape François

Repost0

Publié le 26 Avril 2014

Canonisation de Jean XXIII et de Jean-Paul II le 27 avril 2014

C'est devant des centaines de milliers de fidèles venus d'Italie, de Pologne et d'ailleurs que le Pape François canonisera dimanche sur la place Saint-Pierre les deux papes : Giuseppe Angelo Roncalli, l'homme du Concile Vatican II (1962-65) qui ouvrit l'Eglise catholique à la société et aux autres religions, et Karol Wojtyla, le globe-trotter et tombeur du communisme.

JEAN XXIII

Angelo Giuseppe Roncalli (Sotto il Monte, près de Bergame, Italie, 25 novembre 1881Rome, 3 juin 1963) fut élu pape le 28 octobre 1958 sous le nom de JeanXXIII (en latin Ioannes XXIII, en italien Giovanni XXIII). Il convoqua le IIe concile œcuménique du Vatican (1962-1965, appelé aussi concile Vatican II), dont il ne vit pas la fin car il mourut le 3 juin 1963, deux mois après avoir achevé l’encyclique Pacem in Terris. Béatifié par Jean-Paul II à l’occasion du Jubilé de l’an 2000, il est désormais le « bienheureux pape Jean XXIII » pour l’Église catholique romaine. Sa fête a lieu le 11 octobre, jour de l’ouverture de Vatican II. Sa canonisation est prévue pour le 27 avril 2014. En Italie, on lui donne le surnom affectueux d’Il Papa Buono (« Le Bon Pape », ou « Le Gentil Pape »).

JEAN-PAUL II

Karol Józef Wojtyła (Wadowice, près de Cracovie, en Pologne, 18 mai 1920 – Vatican, 2 avril 2005) est un prêtre polonais, évêque puis archevêque de Cracovie, cardinal, élu pape de l’Église catholique le 16 octobre 1978 sous le nom de Jean-Paul II . Il a été béatifié le 1er mai 2011 par son successeur le pape Benoît XVI et il est donc, pour les catholiques, le « bienheureux Jean-Paul II », en attendant sa canonisation prévue pour le 27 avril 2014.

Pendant Vatican II, sa maîtrise des langues et de la théologie en font le porte-parole de l'épiscopat polonais ce qui le fait remarquer par le futur Paul VI. Archevêque, puis cardinal en 1968 (le plus jeune) il défend les ouvriers face au régime communiste, défendant les droits de l'homme et il s'intègre à la curie où, à la demande de Paul VI, il prêche avec charisme les exercices spirituels de 1976. Il reçoit des voix lors du premier conclave de 1978. Il est élu sur proposition du cardinal König à la mort brutale de Jean-Paul Ier.

Son pontificat (26 ans 5 mois et 18 jours) est à ce jour le troisième plus long de l’histoire de l’Église après celui de saint Pierre et Pie IX (31 ans 7 mois et 23 jours). C’est le premier pape non italien depuis le pape hollandais Adrien VI en 1520 et le premier pape polonais de l’histoire de l’Église

Il parcourut plus de 129 pays pendant son pontificat, plus de cinq cents millions de personnes ayant pu le voir durant cette période, et institua de grands rassemblements comme les Journées mondiales de la jeunesse. Il béatifia 1 340 personnes et canonisa 483 saints, soit plus que pendant les cinq siècles précédents.

Il fut l'ardent défenseur des réformes du concile Vatican II, auquel il participa très activement en tant qu’évêque.

Canonisation de Jean XXIII et de Jean-Paul II le 27 avril 2014
Canonisation de Jean XXIII et de Jean-Paul II le 27 avril 2014

Voir les commentaires

Rédigé par Paroisse Sainte Catherine du Passage

Publié dans #Pape François

Repost0

Publié le 26 Avril 2014

Vigile Pascale 2014,Baptême d'Audrey
Vigile Pascale 2014,Baptême d'Audrey
Vigile Pascale 2014,Baptême d'Audrey
Vigile Pascale 2014,Baptême d'Audrey
Vigile Pascale 2014,Baptême d'Audrey

Voir les commentaires

Rédigé par Paroisse Sainte Catherine du Passage

Publié dans #Vie de la paroisse

Repost0

Publié le 14 Avril 2014

                                    Lundi 14 avril


               messe Chrismale Cathédrale Saint Caprais 19h


                  Messe présidée par Mgr Herbreteau,

               avec tous les prêtres et diacres du diocèse

          Durant la messe Chrismale,l'Evêque consacre le Saint Chrème et bénit les autres huiles saintes.

                                   Mercredi 16 avril :

                             18h Sainte Jehanne :

                 Célébration Communautaire de Réconciliation

                                  Jeudi Saint 17 avril :

                                        Célébration de la Cène du Seigneur 

                               20h00 Saint Urbain


                                  vendredi Saint

                           chemin de croix 

               15h: Saint Urbain,Sainte Jehanne ,Saint Joseph

                               Célébration de la Passion du Seigneur :

18h Saint Joseph 


           vigile pascale samedi 19 avril :


                            Sainte Jehanne 21h00


                           dimanche de Pâques


                           10h30  : Sainte     Jehanne

Voir les commentaires

Rédigé par Paroisse Sainte Catherine du Passage

Publié dans #Vie de la paroisse

Repost0

Publié le 2 Avril 2014

P1010409.JPGUne trentaine de jeunes collégiens du doyenné de l’Agenais se sont retrouvés samedi 29 mars au centre Jean XXIII pour un temps fort animé par le CCFD terre solidaire.

En grand groupe, ils ont commencé par regarder et écouter le récit de la passion du Christ à partir d’une œuvre d’art « scènes de la passion du Christ » avant de participer, en petites équipes à trois ateliers où ils étaient invités, à chaque fois, à contempler une station du chemin de croix Via Crucis africana,  peint par le Père Mveng, jésuite camerounais assassiné en 1995.

Ils ont ensuite simulé une situation d’exclusion ou de précarité en se mettant dans la peau de migrants pressés de préparer une valise avec trois objets indispensables puis forcés de n’en garder qu’un seul, ou bien d’avancer en groupe solidaire sur un parcours semé d’obstacles, le moindre bruit pénalisant le groupe tout entier , avant de regarder un court documentaire sur des jeunes du Nicaragua touchés par la migration de certains membres de leur famille et qui essaient de s’en sortir en organisant des activités solidaires.P1010418.JPG

A la fin de chaque atelier, les jeunes devaient donner un titre à la station du chemin de croix et faire le lien avec une situation d’exclusion ou de rejet qu’on peut rencontrer dans nos sociétés.

 

Pour conclure la rencontre, ils ont mis en commun ce qu’ils ont vécu en priant le Seigneur de nous rendre un peu plus attentifs et plus solidaires de ceux qui souffrent.P1010421.JPG

Voir les commentaires

Rédigé par Paroisse Sainte Catherine du Passage

Publié dans #Catéchèse

Repost0

Publié le 26 Mars 2014

mainsComme les disciples s'étaient rassemblés autour de Jésus, sur la montagne, il leur disait : « Ne pensez pas que je suis venu abolir la Loi ou les Prophètes : je ne suis pas venu abolir, mais accomplir. Amen, je vous le dis : Avant que le ciel et la terre disparaissent, pas une lettre, pas un seul petit trait ne disparaîtra de la Loi jusqu'à ce que tout se réalise. Donc, celui qui rejettera un seul de ces plus petits commandements, et qui enseignera aux hommes à faire ainsi, sera déclaré le plus petit dans le Royaume des cieux. Mais celui qui les observera et les enseignera sera déclaré grand dans le Royaume des cieux. »

 

 

Voilà un texte qui pourrait faire peur. A partir de là, qui peut se sentir juste face à Dieu ? Je ne suis même pas le plus petit dans le Royaume des cieux ! On m’a appris, dans mon jeune âge, ce qu’était un petit commandement, associé à un péché véniel, et un grand commandement, associé à un péché qui vraiment, coupe la relation à Dieu, mais j’ai toujours trouvé cette distinction un peu factice, car la nature du péché est justement d’induire, par conséquences plus ou moins directes, cette rupture. On m’a appris une règle morale, intangible, qui pendant de longues années (notamment l’adolescence et ses bouleversements biologiques) m’a donné l’impression d’être totalement impur malgré les efforts que je faisais. Impur, donc indigne, etc., etc. Or c’était précisément là le péché qui me coupait de Dieu…

Jusqu’au jour où j’ai compris ce que si Jésus affirmait « je ne suis pas venu abolir, mais accomplir » ce n’était pas pour lui-même, une fois dans l’histoire, mais pour nous, une fois pour toutes. En accomplissant la Loi à travers le don de sa vie il disait l’infinie Miséricorde de Dieu, et il tuait dans l’œuf les conséquences de cette coupure dont je suis coutumier. Même si je ne peux m’empêcher de tomber, c’est dans ses bras que je tombe. Le Malin pourra toujours tenter de me faire dévier dans ma chute, c’est mon désir qui fait la cible ultime de ma course, et là, il n’y peut rien. Et puis… Jésus, Lui, ne lâchera jamais.

Pas une lettre, pas un seul petit trait ne peut disparaître de mon désir si, même en tombant, je garde ma main solidement accrochée à celle du Christ. Il est fort possible, et même probable que je me fasse mal, parfois très mal, mais ce ne sera jamais fatal, je serai toujours rétabli comme fils héritier dans le projet de Dieu, qui a pour chacun un but unique : la sainteté.

Catholique, le sacrement de réconciliation n’est pas le moment où, flagellant tête basse, je dépose mon bilan, toujours dans le rouge. C’est surtout le moment d’une joie immense, où je vais rendre grâce de cette royauté qui m’est échue, partagée avec tous les miens, où sous l’épiclèse 1 je me sens porté par les bras du Christ jusque dans les bras du Père, dans les bras de ce Dieu qui a gravé mon nom dans la paume de sa main un certain vendredi, et j’exulte au fond de moi en disant : même s’il m’arrive de perdre le combat, Toi, Tu l’as gagné une fois pour toutes, en « nous aimant jusqu’à l’extrême» (Jn13.1) Tu as tout accompli.

« le Seigneur fit pour moi des merveilles, saint est son Nom »

     1- Geste du prêtre, joignant les mains au dessus du pénitent en invoquant l’Esprit saint, juste avant les paroles d’absolution. On retrouve ce geste pratiquement dans tout sacrement : sur le pain et le vin lors de la prière Eucharistique, sur la tête d’un catéchumène lors du baptême, lors du sacrement des malades ou de l’ordination sacerdotale

 

                                                                                  D.P

Voir les commentaires

Rédigé par Paroisse Sainte Catherine du Passage

Publié dans #Evangile du jour

Repost0

Publié le 4 Février 2014

                                            Doyenné de l’Agenais :

Une session de préparation au mariage, qu’est-ce que c’est ?


 IMAG1070.jpg

 

 

Dimanche 19 janvier, 16 couples de fiancés, accompagnés de 3 couples animateurs et du P. Jean Claude Lasbenes ont passé la journée à réfléchir aux différents aspects du mariage chrétien à partir des 4 piliers (liberté, fidélité, fécondité, indissolubilité) qui fondent le sacrement de mariage.

IMAG1059.jpg

Alternant temps en petits groupes et en grands groupes, temps ludiques et temps d’approfondissement, la journée passe très vite pour tout le monde !

 


IMAG1091.jpg


 

 

La communauté de Notre Dame de la Paix, nous accueille pour la messe au cours de laquelle est remis solennellement aux fiancés l'Evangile, elle est ensuite invitée à rencontrer les fiancés autour d’un apéritif.

 

 

IMAG1082 

 

 


Le repas partagé est un temps chaleureux et convivial avant la

reprise des temps de réflexion.IMAG1085

 

 

 

 

Quand arrive la fin de journée, le temps nous a semblé bien court !! Les fiancés continueront leur préparation avec le prêtre ou le diacre qui célèbrera le mariage.

 

 

 


En relisant les évaluations des journées (une rencontre un vendredi soir plus la journée du dimanche) remplies par les fiancés, nous nous réjouissons de voir qu’ils se sont sentis accueillis, écoutés et qu’ils ont apprécié ce temps de réflexion. Pour les couples animateurs, il y a beaucoup de joie dans cette mission portée en couple et qui nous permet d’offrir à des jeunes couples, souvent loin de l’Église, un temps de réflexion sur le mariage mais aussi  de découverte de Jésus Christ présent dans leur vie !


IMAG1095.jpg

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par Paroisse Sainte Catherine du Passage

Publié dans #vie du diocèse

Repost0

Publié le 30 Janvier 2014

Jésus disait encore à ses disciples cette parabole : « Est-ce que la lampe vient pour être mise sous le boisseau ou sous le lit ? N'est-ce pas pour être mise sur le lampadaire ? Car rien n'est caché, sinon pour être manifesté ; rien n'a été gardé secret, sinon pour venir au grand jour. Si quelqu'un a des oreilles pour entendre, qu'il entende ! » Il leur disait encore : « Faites attention à ce que vous entendez ! La mesure dont vous vous servez servira aussi pour vous, et vous aurez encore plus. Car celui qui a recevra encore ; mais celui qui n'a rien se fera enlever même ce qu'il a. »

Quel rapport y a-t-il donc entre ces deux affirmations, l’une sur la lumière, l’autre sur l’écoute ? Cela me fait penser au brouhaha du rien, le mugissement du néant d’avant la création, où le tohubohu était le seul à bruisser. Comme en moi lorsque je me laisse capter par mille sollicitations. Une parole fit taire, ou plutôt ordonna ce désordre en une musique éternelle : « Que la Lumière soit » Faire attention à ce que nous attendons, c’est inviter la Lumière, c’est mettre tous nos « récepteurs » sous l’éclairage de Celui qui nous dit « Shema Israël ». C’est prendre sa Lumière monde pour qu’elle éclaire vraiment tout, et nous ouvre à la réalité, plutôt qu’à nos préjugés ou nos projets autocentrés.

Je dînais, pendant la période de Noël, avec des amis, et nous avions mis des bougies, pour que ce soit plus chaleureux. Mais on n’y voyait goutte. Les lumignons étaient au ras de la nappe, et la lumière s’arrêtait au rebord saillant de nos assiettes. Compliqué pour dépecer un poisson. Puis l’un d’entre nous eut l’idée de poser son lumignon en hauteur… « Et la Lumière fut ». Tant que je laisserai cette Lumière au ras du sol de mes désirs premiers, tant que je ne La placerai pas, elle-même, « au plus haut de ma joie », comme le psaume 136 dit de Jérusalem (céleste, celle d’Ap21), je n’y verrai rien. Même ce que je verrai sera néant, tohubohu originel indéchiffrable.

La Lumière existe, nul ne peut l’arrêter, pas même les ténèbres, dit Jean. Mais il faut que je lui donne sa place en moi, la plus haute, cette Lumière de Tendresse pure, à écouter comme le pur trésor. « Là où est ton trésor, là aussi sera ton cœur ». Alors en écoutant cette Lumière, je pourrai déchiffrer, entendre la musique du monde avec la même tendresse : le Royaume aura trouvé au moins une petite place en moi. Voilà la mesure sans mesure, car nul ne peut mesurer le poids d’un rayon lumineux, sinon son poids de « gloire », c'est-à-dire la Vérité qu’il manifeste sur toute chose, et jusqu’à nos zones d’ombres... Et cela sera contagieux, car si la Lumière n’est pas arrêtée, c’est qu’Elle Se réfléchit sur notre entourage. Et si nous sommes plusieurs, nous mettrons le feu au monde… comme aurait pu dire Catherine de Sienne !

Sans-titre-copie-2.jpg

 

 

 

Four solaire d’Odeillo.

                                                                                                                 D.P.

Voir les commentaires

Rédigé par Paroisse Sainte Catherine du Passage

Publié dans #Evangile du jour

Repost0

Publié le 23 Janvier 2014

                                     Image3.jpg         

 

 

                  Que de trésors récoltés en 2013!

 

 

 

Parmi tous les grands et beaux évènements que nous avons vécus ENSEMBLE, porteurs de trésors inestimables de solidarité, de partage et d’amour,  il en est un qui revêt un caractère tout particulier :

La visite pastorale de notre Evêque !

Venu en « PELERIN », il nous a invités à voir dans la commune du Passage, et dans notre Paroisse,

« la Vallée des Merveilles ».

Par sa visite, Monseigneur Hubert HERBRETEAU, nous dit :

« C’est Dieu qui vous visite ! »

Partageant tout avec nous, Monseigneur HERBRETEAU nous a confirmés et affermis dans la Foi tout au long de cette merveilleuse semaine du 3 au 9 juin 2013.

A l’image de notre Pape François qui nous dit :

« Choisi parce que pardonné »,

notre Evêque est venu à la périphérie de notre paroisse, vers nos territoires non encore évangélisés, nous incitant à les visiter car ils sont, comme chacun de nous :

 « Appelés parce que Pardonnés ».

 

                    Image2


Bonne et heureuse année à TOUS! 

                                                                 Le Père jean-Claude et toute l'équipe paroissiale                

Voir les commentaires

Rédigé par Paroisse Sainte Catherine du Passage

Publié dans #Vie de la paroisse

Repost0

Publié le 19 Janvier 2014

 

Sainte Jehanne

 

 

creche noel 13 039

 

creche noel 13 046

Voir les commentaires

Rédigé par Paroisse Sainte Catherine du Passage

Publié dans #Vie de la paroisse

Repost0