Publié le 13 Janvier 2014

 

Jésus, arrivant de Galilée, paraît sur les bords du Jourdain, et il vient à Jean pour se faire baptiser par lui. Jean voulait l'en empêcher et disait : « C'est moi qui ai besoin de me faire baptiser par toi, et c'est toi qui viens à moi ! »Mais Jésus lui répondit : « Pour le moment, laisse-moi faire ; c'est de cette façon que nous devons accomplir parfaitement ce qui est juste. » Alors Jean le laisse faire. 

Dès que Jésus fut baptisé, il sortit de l'eau ; voici que les cieux s'ouvrirent, et il vit l'Esprit de Dieu descendre comme une colombe et venir sur lui. Et des cieux, une voix disait : « Celui-ci est mon Fils bien-aimé ; en lui j'ai mis tout mon amour. »

 

Jusque là, j’avais compris la demande que Jésus adresse à Jean comme une manière de transfigurer notre baptême, qui d’un baptême de conversion pour la rémission des péchés devient un baptême d’adoption. Mais ce soir, la manière dont l’Evangile a été lu insistait sur la réponse de Jean. Et je me suis mis dans la peau de cet homme désarçonné … « C’est moi qui ai besoin de me faire baptiser par Toi, et c’est Toi qui viens à moi ». Bien sûr, j’ai été baptisé lorsque j’étais tout petit, adopté, et ce pour l’éternité. Mais c’est un peu comme la demande « je ne suis pas digne de Te recevoir, mais dis seulement une Parole, et je serai guéri ». Cette Parole fut dite une fois pour toutes sur la croix, et pourtant, j’ai tant besoin de l’entendre. Comme deux amants ont besoin d’un geste de tendresse quotidien…

Oui, c’est Jésus qui vient à moi, tous les jours, qui se fait présent de mille manières, parfois avec facétie, toujours avec une immense délicatesse… Et je me suis demandé, dès lors, quel pouvait être le baptême que je pouvais bien Lui offrir, moi qui suis la dernière roue de la charrette…

Baptiser quelqu’un, c’est lui donner son nom. Dans certains peuples, on attend sagement de voir le caractère de l’enfant pour choisir. Il faudrait donc un nom qui porte en lui toute l’histoire qu’Il me fait vivre et qu’Il vit à mes côtés. Un nom que je pourrais dire quand on me pose la question du ps. 41 « Où est-Il, ton Dieu ? » Un nom qui ne soit pas un mot tout fait, mais la réponse unique, puisque je suis aimé de manière unique, à la question « pour vous, qui Suis-Je ? »

Je me disais que ce nom ne peut être dit que dans un regard, dans un élan. Et alors j’ai prié que ma vie devienne ce nom, que ma vie soit cette louange, que ma vie soit cette action de grâce pour tout ce qu’il m’a été donné de recevoir, de dire, de faire, d’être.

 bb.jpgEt je repensais au caillou blanc d’Ap2.17 sur lequel sera gravé ce nom que je serai seul à connaître, qui sera en quelque sorte la somme de tous ses gestes d’amour envers moi, tout au long de ma vie. Et je me disais que dans ce cas, ce nom sera, comme à l’envers, le nom que je désirerais tant Lui donner par tout ce que ma vie témoignera de Lui. Un nom qui dira « je T’aime », mais surtout « Tu m’as aimé », que je ne saurai dire qu’avec le fort accent de mes imperfections, mais Lui m’apprendra, alors, son langage parfait.

 

 D.P

Voir les commentaires

Rédigé par Paroisse Sainte Catherine du Passage

Publié dans #Evangile du jour

Repost0

Publié le 18 Décembre 2013

 

 

                                                        Veillée de Noël

           

                           Mardi 24 décembre

                            Messe des familles

                          18h Sainte Jehanne

 

                                  .................

                           21 h Saint Urbain

 

 

                                 Jour de Noël

 

                           Mercredi 25 décembre

                            10h30 Saint Joseph

Voir les commentaires

Rédigé par Paroisse Sainte Catherine du Passage

Publié dans #Vie de la paroisse

Repost0

Publié le 18 Décembre 2013

 

Voici quelle fut l'origine de Jésus Christ. Marie, la mère de Jésus, avait été accordée en mariage à Joseph ; or, avant qu'ils aient habité ensemble, elle fut enceinte par l'action de l'Esprit Saint. Joseph, son époux, qui était un homme juste, ne voulait pas la dénoncer publiquement ; il décida de la répudier en secret.  Il avait formé ce projet, lorsque l'ange du Seigneur lui apparut en songe et lui dit : « Joseph, fils de David, ne crains pas de prendre chez toi Marie, ton épouse : l'enfant qui est engendré en elle vient de l'Esprit Saint ; elle mettra au monde un fils, auquel tu donneras le nom de Jésus (c'est-à-dire : Le-Seigneur-sauve), car c'est lui qui sauvera son peuple de ses péchés. »

Tout cela arriva pour que s'accomplît la parole du Seigneur prononcée par le prophète : Voici que la Vierge concevra et elle mettra au monde un fils, auquel on donnera le nom d'Emmanuel, qui se traduit : « Dieu-avec-nous ». Quand Joseph se réveilla, il fit ce que l'ange du Seigneur lui avait prescrit : il prit chez lui son épouse.

 

Sans-titre-copie-1.jpgEt la marmotte a mis le chocolat dans le papier d’alu… Qui accepterait de croire ces carabistouilles de fécondation par l’Esprit Saint ? J’imagine Joseph, tout de même amoureux de sa belle Marie, qui la voit prendre des formes dont il sait parfaitement qu’il n’y est pour rien, et Marie maintient mordicus qu’elle n’a rien fait ? Non seulement elle est une menteuse, mais de plus, cela cache quelque chose de pas très net : qui protège-t-elle donc ?

De plus, Joseph est coincé. Soit il répudie Marie en public, il garde son honneur, mais Marie se fait lapider, soit il la répudie en secret, et elle est sauve, mais il est déshonoré, puisque père putatif et pas très responsable de ses actes…

Là où Joseph est un homme juste, c’est qu’il préfère cette deuxième solution, où pourtant il perd tout. Geste amoureux malgré la blessure, premier pas d’un pardon impossible. Mais c’est dans ce choix très coûteux que Joseph va être invité plus loin. Dieu aime les amoureux qui acceptent ce degré de don.

Dieu va d’abord apprivoiser Joseph : le songe commence dans la réalité, dans la lecture du comportement de Marie, qui ne peut vivre cette grossesse comme quelque chose de seulement naturel. Pourquoi cette prière qui semble irradier chacun de ses gestes ? Et Joseph sait que Marie est incapable de mentir. Sans doute le temps des « fiançailles » a-t-il déjà permis cette complicité où Marie se livre dans toute la simplicité de sa jeunesse, et Joseph constate que Marie est restée la même, cette enfant pure de toute cachotterie, de tout méandre. Elle ne peut pas cacher quelque chose, puisqu’on lit en elle à livre ouvert tant elle est donnée. Joseph sent ses sentiments pour Marie renaître de plus belle, et dans ces conditions, « foin » de sa « faute » : Jésus naîtra  aussi de l’Amour de Joseph pour Marie.

Mais le rêve endormi se calque sur un rêve éveillé, dans lequel la réalité dépasse la fiction : non, le songe n’a pas trompé, il n’est qu’une confirmation de ce que Joseph voit avec ses yeux : cette pureté même, ce n’est pas de l’autosuggestion, mais bien l’annonce la plus extraordinaire qu’un homme ait jamais reçu. Dieu vient, et se fait Dieu avec nous si Joseph ne craint pas de participer à ce projet inouï, auquel il ne comprend rien, mais qu’il ne peut que contempler.

On imagine alors le trésor d’émerveillement que pouvait signifier pour lui « prendre chez lui son épouse ».

 

« On appellera ta terre ‘épousée’ » (Isaïe 62.4).

 

                                                                                           D.P.

Voir les commentaires

Rédigé par Paroisse Sainte Catherine du Passage

Publié dans #Evangile du jour

Repost0

Publié le 12 Décembre 2013

 

Jésus déclarait aux foules : « Amen, je vous le dis : Parmi les hommes, il n'en a pas existé de plus grand que Jean Baptiste ; et cependant le plus petit dans le Royaume des cieux est plus grand que lui.  Depuis le temps de Jean Baptiste jusqu'à présent, le Royaume des cieux subit la violence, et des violents cherchent à s'en emparer. Tous les Prophètes, ainsi que la Loi, ont parlé jusqu'à Jean. Et, si vous voulez bien comprendre, le prophète Élie qui doit venir, c'est lui. Celui qui a des oreilles, qu'il entende ! »

 

Il y a une énigme dans ce passage : de quelle violents s’agit-il, et réussissent-ils ? Quel est ce « temps de Jean Baptiste » ? Tous les prophètes ont eu des vies fracassées, et ce n’est pas fini. Ce passage serait-il l’annonce des persécutions avenir ? Mais « Le plus petit dans le Royaume est pourtant plus grand que Jean ». Est-ce la violence de l’ascèse ? Reste à savoir laquelle.

Ce « temps de jean Baptiste serait-il en chacun de nous le temps à partir duquel nous cherchons le Royaume  ? Le temps qui fonde notre vie de foi ? Nous sommes tous dans ce désert où une voix a crié « viens, suis-moi ». Le Royaume est un autre Nom de Dieu, puisqu’il est sa trace en nous, paix mêlée de la certitude de n’être jamais seul. C’est bien ce qu’Elie ou Jean ont vécu.

Parfois, nous nous sommes levés, mais la voix s’est tue. Et nous voilà perdus dans un désert qui s’est fait menaçant, solitude tragique. Nuit sans étoiles. Qui n’a pas vécu cela ? Quelle violence percera le ciel ? On ne prend pas Dieu d’assaut.

Il y a une première violence possible envers la Parole, pour en tirer quelque chose. Le combat de Jacob avec l’Ecriture n’est parfois pas un vain mot, si l’on veut qu’Elle nous parle. Il faut se faire violence pour avancer encore.

 

Mais dans ce silence infini peur surgir la violence d’un cri. Etre à notre tour une voix dans le désert. Non pas une voix qui affirme et fustige : cette violence-là défigure Dieu. Mais  une voix qui implore. « Un pauvre crie, Dieu entend », et notre cri lance son écho chez notre voisin, parfois perdu

noe-copie-2.jpgdans un autre désert, bien plus violent, celui de l’inconscience, du non-sens, du mirage des envies passagères.

Ne pas jouer le rôle du bon chrétien qui fait tout comme il faut, mais accepter d’être cet être de soif,  accepter d’être ce pauvre type qui n’a fait qu’une maigre expérience de ce qu’il cherche et vit dans sa nostalgie ; qui a orienté tout son être vers une si faible lumière, comme vers l’étoile des mages. Un escargot qui a vu une étoile.

Finalement, le Royaume, c’est cette « recherche » accompagnée, où de loin en loin, un petit caillou blancnous dit « Je Suis là, continue ! » Et nous pouvons offrir ces cailloux glanés à notre entourage comme autant de traces de Dieu, autant de « Bethel »[2]  dans notre vie, malgré l’épuisement de la marche, malgré la soif qui augmente. La violence lente, fidèle et obstinée du pèlerin que les ampoules aux pieds n’arrêtent pas.

 

Ps 33.7

Bethel « maison de Dieu », voir Gn 28.19 le songe de Jacob.

                                                                               D.P

Voir les commentaires

Rédigé par Paroisse Sainte Catherine du Passage

Publié dans #Evangile du jour

Repost0

Publié le 24 Novembre 2013

 

  s-joseph-copie-1.jpg

CONCERT DE NOËL

        

      

Dimanche 15 Décembre à 15h30  

en l'église Sainte Catherine

 

« Chants de Noël »

 

interprétés

par la Chorale liturgique

de la Paroisse Saint Joseph

 


creche

 

Entrée libre et gratuite (villeneuve sur lot)

Voir les commentaires

Rédigé par Paroisse Sainte Catherine du Passage

Publié dans #vie du diocèse

Repost0

Publié le 28 Octobre 2013

Saint Joseph

vendredi 1er novembre 2013

9h30 : Bénédiction des Tombes (cimetière de Monbusc)

10h30 : Messe de la Toussaint

 

Saint Urbain

samedi 2 novembre 2013

16h30 :  Bénédiction des Tombes

17h00 : Messe de la Toussaint

 

Sainte Jehanne

dimanche 3 novembre 2013

9h30 : Bénédiction des Tombes (cimetière de Ganet)

10h30 : Messe de la Toussaint

 

Voir les commentaires

Rédigé par Paroisse Sainte Catherine du Passage

Publié dans #Vie de la paroisse

Repost0

Publié le 24 Octobre 2013

                   Jeudi 24 octobre 

                         20h30

                  à Saint Josephreconciliation.jpg

Voir les commentaires

Rédigé par Paroisse Sainte Catherine du Passage

Publié dans #Vie de la paroisse

Repost0

Publié le 3 Octobre 2013

dimanche 6 octobre Sainte Jehanne

 

Entrée : Le Seigneur est mon berger ( communauté du chemin neuf cf répertoire de chants)

PP Jésus Berger

Gloria :Richard

Psaume:

PU accueille au creux de tes mains

Offertoire Ce que je sais

Sanctus: Emmaus

Anamnèse: c'est ta mort Ô Seigneur... Dvorak

Agneau de Dieu: Richard ( agneau véritable...)

Communion :voici le corps et le sang du Seigneur

Envoi: Lève toi (agapé à écouter sur le lien du site du groupe sur ce blog)

 

Le Seigneur est mon berger:
 
Le Seigneur est mon berger,
 Je ne manque de rien
 Sur des près d'herbe fraîche,
  Il me fait reposer

 Alléluia, alléluia, alléluia
 Alléluia, alléluia, alléluia
 
1 - Il me donne la paix,
 Il me fait revivre
 Lui seul est mon chemin
 De justice et de joie

 2 - Si je suis dans la nuit,
Je n'ai rien à craindre
Le Seigneur est présent
Lumière sur mes pas.

3 - Face à mes ennemis,
Il refait mes forces
Sans fin j'habiterai
La maison du Seigneur
 
 Lève toi ( et toi) AGAPE:
 
Lève-toi dans l’amour et la joie
Lève-toi dans la paix, dans la foi

Laisse-toi animer par l’Esprit
Dans la liberté
Sois patient et sois humble de cœur
Que ta bonté soit toute en couleur
Laisse-toi animer par l’Esprit,
Dans la liberté
 
1. Moi, j’ai reçu l’amour,
Qui soulève le monde,
Moi, j’ai reçu l’amour,
Et toi ?
Moi, j’ai reçu la paix
Qui unifie le monde,
Moi, j’ai reçu la paix,
Et toi ?
 
2. Moi, j’ai choisi la joie, qui transforme le monde,
Moi, j’ai choisi la joie, et toi ?
J’ai choisi la patience, qui apaise le monde,
J’ai choisi la patience, et toi ?
 
3. Moi, j’ai reçu la foi, qui éclaire le monde,
Moi, j’ai reçu la foi, et toi ?
J’ai reçu la bonté, qui illumine le monde,
J’ai reçu la bonté, et toi ?
 
4. J’apprends l'humilité, c'est la force du monde
J’apprends l'humilité, et toi?
Je choisis la confiance, c'est l'avenir du monde
Je choisis la confiance, et toi?

 

 

  
Dimanche 27 octobre Saint Joseph
entrée: mendiants d'Esperance
PP jésus berger
Gloria  ....car il les aime tant...
PU vois notre prière
sanctus ; Léandre boldrini
Anamnèse:  gloire à Toi Christ qui t'es offert....
Agneau de Dieu pauvre de Dieu
communion: la sagesse a dressé une table
envoi: tournez les yeux vers le Seigneur
 
1er novembre Saint Joseph
 heureux couplets 1 et 4
PP messe de la trinité
gloria  messe de la trinité
PU entends le voix de ma prière
offertoire première nuit couplets 3 5 6
sanctus messe de la trinité
anamnèse   messe de la trinité
AD:  messe de la trinité
communion ubi caritas
envoi heureux couplets 5 et 8
 
3 novembre Sainte Jehanne
entrée : écoute la voix du Seigneur
PP jésus berger
G  (car il les aime tant)
PU vois notre prière
sanctus boldrini
anamnèse gloire à toi christ qui t'es offert
ad agneau de Dieu qui cherche l'homme
communion les mains ouvertes devant toi
envoi je sais
 
   

Voir les commentaires

Rédigé par Paroisse Sainte Catherine du Passage

Publié dans #Vie de la paroisse

Repost0

Publié le 14 Septembre 2013

Nul n'est monté au ciel sinon celui qui est descendu du ciel, le Fils de l'homme. De même que le serpent de bronze fut élevé par Moïse dans le désert, ainsi faut-il que le Fils de l'homme soit élevé, afin que tout homme qui croit obtienne par lui la vie éternelle. Car Dieu a tant aimé le monde qu'il a donné son Fils unique : ainsi tout homme qui croit en lui ne périra pas, mais il obtiendra la vie éternelle. Car Dieu a envoyé son Fils dans le monde, non pas pour juger le monde, mais pour que, par lui, le monde soit sauvé.

Car Dieu a tant aimé le monde… Tourner ses yeux vers la croix, c’est comme tourner les yeux vers ce serpent ? Un serpent qui sauverait le monde, à l’inverse du serpent du mensonge. Le serpent n’est-il pas une image du Mal ? Son grouillement est synonyme de mort… Il faut se souvenir d’un passage de l’Exode, où Aaron et Moïse se retrouvent pour la première fois devant Pharaon, le Maître de l’Esclavage et de l’Enfer - mement. (Cf Ex 7.10-12)[1]

Il s’agit de la deuxième mention de serpents dans la bible, et l’on peut se demander ce que signifie cette scène, si on ne la lit pas à la lumière de Nb21 (le serpent d’Airain, et à l’ombre lumineuse de la croix. Les choses ne prennent sens qu’en réunissant ces trois textes. La croix est un instrument de supplice atroce, elle est l’image de la souffrance à l’état pur, conduisant inexorablement à une mort prochaine, elle est l’instrument du désespoir de celui qui s’y trouve cloué. Mais cloué à l’instrument de mort Il y a dans ce nouveau serpent d’airain qu’est le Christ comme un « venin » de Vie, l’antidote absolue au venin du Mal. A l’enfermement des culpabilités et du remord, à tous nos abandons devant la perte inexorable des jours qui passent, et dont nous savons qu’ils sont comptés. Il y a dans la croix un venin d’Espérance, face à tout le désespoir qui peut nous saisir devant nos enfermements, addictions, situations délétères et destructrices. Il s’agit de lever « les yeux vers celui qu’ils ont transpercé » (que nous avons transpercé)[2], et ce mouvement nous fait lever les yeux vers le Ciel, c’est à dire versl’Espérance et de la Lumière.Sans-titre.jpg

Alors, Seigneur, merci, parce que Tu m’as un jour saisi, et que Tu continues chaque jour à poser ta main sur mon épaule en m’invitant à avancer « sur la terre des vivants en présence de Seivneur ». Dans ce saisissement, je suis devenu un « mordu » de ta Vie. Et, en fait, c’est moi qui mords la Vie à pleines dents !



[1]Moïse et Aaron allèrent trouver Pharaon et firent comme l’avait ordonné Yahvé. Aaron jeta son bâton devant Pharaon et ses serviteurs, et il se changea en serpent.  Pharaon à son tour convoqua les sages et les enchanteurs, et, avec leurs sortilèges, les magiciens d'Égypte en firent autant.  Ils jetèrent chacun son bâton qui se changea en serpent, mais le bâton d’Aaron engloutit leurs bâtons.

[2] Za 12.10

                                                                                            Denis P.

Voir les commentaires

Rédigé par Paroisse Sainte Catherine du Passage

Publié dans #Evangile du jour

Repost0

Publié le 10 Septembre 2013

C'est la rentrée de la catéchèse:


le  samedi 21 septembre de 10 h à 12 h. 

sont concernés les enfants de 7 à 10 ans baptisés ou désirant le baptême

 P1010213

La messe de rentrée sera le 6 octobre avec éveil à la foi des 4-7 ans. 

 

Les parents accompagnent toute la matinée leurs enfants. C'est le jour idéal pour connaitre les catéchistes, les autres enfants qui peut-être peuvent habiter le même quartier ou aller à la même école. 


chaque parent recevra le planning du trimestre et le déroulement de la marche du 19 octobre organisée pour les 9-10 ans au niveau diocèse.

P1010208 

Photos du 8 juin lors de la  visite de notre évêque à la catéchèse

Le démarrage ne se loupe pas

Voir les commentaires

Rédigé par Paroisse Sainte Catherine du Passage

Publié dans #Catéchèse

Repost0