liturgie

Publié le 4 Avril 2020

Rédigé par Paroisse Sainte Catherine du Passage

Publié dans #Catéchèse, #liturgie, #poèmes-prières, #vie du diocèse, #Les jeunes

Repost0

Publié le 28 Mars 2020

SE PREPARER AU Vème DIMANCHE DE CAREME

Préambule

Chers amis, Si vous vivez ce temps en famille avec des enfants, j’invite l’adulte qui conduira la prière à lire et à adapter son contenu. Sur tous, j’implore la bénédiction du Seigneur.

Votre Abbé, Jérôme


Ouverture

« Père envoie sur moi/nous ton Esprit Saint, afin que je puisse/nous puissions rencontrer Jésus-Christ dans cette Parole qui vient de toi. »

A. Lecture de l’Evangile Selon Saint Jean (11,1-45) – 1ère fois

- Que l’on soit seul ou en famille, on lit ce passage à haute-voix. On peut choisir la version courte (Jn 11, 3-7.17.20-27.33b-45). Il s’agit du passage en bleu.

En ce temps-là,
01 Il y avait quelqu’un de malade, Lazare, de Béthanie, le village de Marie et de Marthe, sa soeur. 02 Or Marie était celle qui répandit du parfum sur le Seigneur et lui essuya les pieds avec ses cheveux. C’était son frère Lazare qui était malade. 03 Donc, les deux soeurs [Marthe et Marie, les deux soeurs de Lazare] envoyèrent dire à Jésus : « Seigneur, celui que tu aimes est malade. » 04 En apprenant cela, Jésus dit : « Cette maladie ne conduit pas à la mort, elle est pour la gloire de Dieu, afin que par elle le Fils de Dieu soit glorifié. » 05 Jésus aimait Marthe et sa soeur, ainsi que Lazare. 06 Quand il apprit que celui-ci était malade, il demeura deux jours encore à l’endroit où il se trouvait. 07 Puis, après cela, il dit aux disciples : « Revenons en Judée. » 08 Les disciples lui dirent : « Rabbi, tout récemment, les Juifs, là-bas, cherchaient à te lapider, et tu y retournes ? » 09 Jésus répondit : « N’y a-t-il pas douze heures dans une journée ? Celui qui marche pendant le jour ne trébuche pas, parce qu’il voit la lumière de ce monde ; 10 mais celui qui marche pendant la nuit trébuche, parce que la lumière n’est pas en lui. » 11 Après ces paroles, il ajouta : « Lazare, notre ami, s’est endormi ; mais je vais aller le tirer de ce sommeil. » 12 Les disciples lui dirent alors : « Seigneur, s’il s’est endormi, il sera sauvé. » 13 Jésus avait parlé de la mort ; eux pensaient qu’il parlait du repos du sommeil. 14 Alors il leur dit ouvertement : « Lazare est mort, 15 et je me réjouis de n’avoir pas été là, à cause de vous, pour que vous croyiez. Mais allons auprès de lui ! » 16 Thomas, appelé Didyme (c’est-à-dire Jumeau), dit aux autres disciples : « Allons-y, nous aussi, pour mourir avec lui ! » 17 À son arrivée, Jésus trouva Lazare au tombeau depuis quatre jours déjà. 18 Comme Béthanie était tout près de Jérusalem – à une distance de quinze stades (c’est-à-dire une demi-heure de marche environ) –, 19 beaucoup de Juifs étaient venus réconforter Marthe et Marie au sujet de leur frère. 20 Lorsque Marthe apprit l’arrivée de Jésus, elle partit à sa rencontre, tandis que Marie restait assise à la maison. 21 Marthe dit à Jésus : « Seigneur,

si tu avais été ici, mon frère ne serait pas mort. 22 Mais maintenant encore, je le sais, tout ce
que tu demanderas à Dieu, Dieu te l’accordera. » 23 Jésus lui dit : « Ton frère ressuscitera. »
24 Marthe reprit : « Je sais qu’il ressuscitera à la résurrection, au dernier jour. » 25 Jésus lui
dit : « Moi, je suis la résurrection et la vie. Celui qui croit en moi, même s’il meurt, vivra ; 26
quiconque vit et croit en moi ne mourra jamais. Crois-tu cela ? » 27 Elle répondit : « Oui,
Seigneur, je le crois : tu es le Christ, le Fils de Dieu, tu es celui qui vient dans le monde. »
28
Ayant dit cela, elle partit appeler sa soeur Marie, et lui dit tout bas : « Le Maître est là, il
t’appelle. » 29 Marie, dès qu’elle l’entendit, se leva rapidement et alla rejoindre Jésus. 30 Il
n’était pas encore entré dans le village, mais il se trouvait toujours à l’endroit où Marthe
l’avait rencontré. 31 Les Juifs qui étaient à la maison avec Marie et la réconfortaient, la
voyant se lever et sortir si vite, la suivirent ; ils pensaient qu’elle allait au tombeau pour y
pleurer. 32 Marie arriva à l’endroit où se trouvait Jésus. Dès qu’elle le vit, elle se jeta à ses
pieds et lui dit : « Seigneur, si tu avais été ici, mon frère ne serait pas mort. » 33 Quand il vit
qu’elle pleurait, et que les Juifs venus avec elle pleuraient aussi, Jésus, en son esprit, fut saisi
d’émotion, il fut bouleversé, 34 et il demanda : « Où l’avez-vous déposé ? » Ils lui
répondirent : « Seigneur, viens, et vois. » 35 Alors Jésus se mit à pleurer. 36 Les Juifs disaient :
« Voyez comme il l’aimait ! » 37 Mais certains d’entre eux dirent : « Lui qui a ouvert les yeux
de l’aveugle, ne pouvait-il pas empêcher Lazare de mourir ? » 38 Jésus, repris par l’émotion,
arriva au tombeau. C’était une grotte fermée par une pierre. 39 Jésus dit : « Enlevez la
pierre. » Marthe, la soeur du défunt, lui dit : « Seigneur, il sent déjà ; c’est le quatrième jour
qu’il est là. » 40 Alors Jésus dit à Marthe : « Ne te l’ai-je pas dit ? Si tu crois, tu verras la gloire
de Dieu. » 41 On enleva donc la pierre. Alors Jésus leva les yeux au ciel et dit : « Père, je te
rends grâce parce que tu m’as exaucé. 42 Je le savais bien, moi, que tu m’exauces toujours ;
mais je le dis à cause de la foule qui m’entoure, afin qu’ils croient que c’est toi qui m’as
envoyé. » 43 Après cela, il cria d’une voix forte : « Lazare, viens dehors ! » 44 Et le mort sortit,
les pieds et les mains liés par des bandelettes, le visage enveloppé d’un suaire. Jésus leur
dit : « Déliez-le, et laissez-le aller. » 45 Beaucoup de Juifs, qui étaient venus auprès de Marie
et avaient donc vu ce que Jésus avait fait, crurent en lui.


B. Lecture du même passage d’Evangile – 2ème fois


- On relit ce passage lentement, en s’imaginant la scène : les lieux, les personnages, le
son des voix, les odeurs, les mouvements, l’ambiance …
- Si on est en famille, chacun fait cet exercice pour soi-même et un membre de la
famille peut guider la contemplation des autres.
- Après cela, on lit la méditation suivante en prenant du temps pour répondre aux
questions.


Dés le 1° verset, le décor est planté : Il s’agit d’une famille dans la peine, le frère est
gravement malade. Ce sont des amis de Jésus et ils l’envoient chercher.


Qui est en danger de mort ? De qui s’agit-il ? Que veut nous dire ce texte ?



Lazare ?
Lazare est le précurseur d’un événement à venir, la mort et la résurrection de Jésus. Le nôtre aussi, celui de notre mort et de notre résurrection puisque nous savons aussitôt qu’il y a une mort qui peut-être comparée à une nuit intérieure (v.10) et que Jésus marche dans la lumière de son Père (v.09). Mais, nous apprenons d’abord (v.08) que les juifs cherchent à lapider Jésus.


- Tous les acteurs de ce drame sont là lorsque Jésus arrive aux portes de Béthanie, en trois groupes : 1) Marthe et Marie ; 2) puis leurs connaissances et sans doute parmi eux des juifs dont on nous a dit qu’ils voulaient lapider Jésus. 3) Enfin Jésus et des disciples dont Thomas qui vient pour « mourir », mais à quoi ?


- Il y a une première profession de foi : celle de Marthe, en la Résurrection au dernier jour (v. 24). Elle redit la foi commune du peuple élu. Que Jésus dit-il de plus que Marthe ? Il ne s’agit plus d’un futur inimaginable, mais d’un présent : « Je suis la Résurrection et la Vie. »
Ressusciter aujourd’hui, maintenant, pas seulement à la fin des temps comme le proclame Marthe. Re = à nouveau - Susciter = animer, mouvoir. Nous sommes tous appelés à être animés, mus de la vie même de Dieu, aujourd’hui et maintenant. Si cela n’était pas, quelle signification auraient eues les Résurrections opérées par Jésus ?
- Il y a ici comme une mise en scène où chaque acteur pose sa question.
+ Marie clame sa foi en son pouvoir de guérisseur. N’est-il donc pas guérisseur ? « Si tu avais été ici ... » (v. 32).
+ Les juifs : « Lui qui a ouvert les yeux de l’aveugle, ne pouvait-il pas empêcher Lazare de mourir ? » (v.37) Dans ce reproche, ils disent en négatif que ne pas voir, c’est comme une mort.
- Jésus pleure : la montée en tension est à son comble. Nous savons depuis le verset 4 que cette mort servira à la Gloire de Dieu. « Ne te l’ai-je pas dit ? Si tu crois, tu verras la gloire de Dieu » (v.40). Jésus s’en remet totalement à son Père (v.41) il est déjà exaucé. « Lazare viens dehors ! » et celui qui avait été mis au tombeau retrouve son nom (Lazare : Dieu aide), sa liberté, il est délié.


Qu’est-ce que la vie, qu’est-ce que la mort, à mes yeux, aux yeux de Dieu ?


Dieu fait vivre même les morts : le fils de la veuve de Naïm (Lc 7, 11 et s.), la fille de Jaïre (Lc 8, 40 et s.), Lazare. Pour Dieu la vie n’a pas de frontières. Nous sommes déjà ressuscités.
La mort n’est pas la fin, elle s’inscrit dans une trajectoire et nous avons à nous remettre en Dieu pour guérir de toutes les morts. Celles de nos égoïsmes, de nos indifférences, de nos paresses, de nos orgueils, de nos meurtres ...


La mort est un passage et pour les proches, les amis, une grande douleur : « Jésus se mit à pleurer » (v. 35). Mais comme le dit l’apôtre Saint Paul : « Ne pleure pas comme ceux qui n’ont pas d’espérance » (1 Th 4, 13).


- Enfin, « beaucoup de Juifs qui étaient venus ... crurent en lui » (v.45). Ce texte de la résurrection de Lazare nous donne le schéma de la trajectoire de la foi des premières communautés chrétiennes : Gloire de Dieu -> Mort et résurrection -> Gloire de Jésus, Fils de Dieu, Dieu lui-même.


De quoi est signe la résurrection de Jésus ?


Elle n’est pas seulement signe de la toute puissance de Dieu. La résurrection de Jésus est signe de Dieu parmi nous. Dieu a pris chair (il s’est fait homme) parmi les hommes pour toujours, pour l’éternité, sa présence de Dieu-homme n’a pas de fin. Mais si cela est pour Dieu fait homme, cela sera vrai aussi de chaque femme, de chaque homme, créés à l’image de Dieu.


C. Lecture du même passage d’Evangile – 3ème fois

- A cette lecture je retiens un mot, une phrase. Je la ‘ruminerai’, la ‘mastiquerai’, la répèterai tout au long de ces jours.

D. Conclusion

- On dit un Notre Père ou l’oraison suivante :

« Que ta grâce nous obtienne, Seigneur, d’imiter avec joie la charité du Christ qui a donné sa vie par amour pour le monde. Lui qui règne pour les siècles des siècles. Amen »

Voir les commentaires

Rédigé par Paroisse Sainte Catherine du Passage

Publié dans #Catéchèse, #liturgie

Repost0

Publié le 22 Mars 2020

Dimanche 22 mars 2020

en confinement...

LE PASSAGE D’AGEN

 

Lectures de ce dimanche (4ème Dimanche de Carême, dans vos missels ou sur AELF.org :

 

Pour rester ensemble dans ces temps de confinement, où on est chacun chez soi, Emmanuelle vous propose de partager avec vous les chants que l'équipe d'animation avait choisi pour les messes de ce week-end.

Ouvre mes yeux, Seigneur

https://www.youtube.com/watch?v=eRckpg_ZYvU

 

Première lecture : David reçoit l’onction comme roi d’Israël (Premier Livre de Samuel, chapitre 16, versets 1b.6-7.10-13a)

 

Psaume : 22 R/ Le Seigneur est mon berger : rien ne saurait me manquer.

 

Deuxième lecture : « Relève-toi d’entre les morts, et le Christ t’illuminera » (Lettre de saint Paul aux Ephésiens, chapitre 5, versets 8-14)

 

Évangile : « Il s’en alla et se lava ; quand il revint, il voyait » (Evangile de Jésus Christ selon saint Jean, chapitre 9, versets 1-41)

 

Homélie :

 

« Jésus dit alors : ‘Je suis venu en ce monde pour rendre un jugement : que ceux qui ne voient pas puissent voir, et que ceux qui voient deviennent aveugles.’ »

 

Frères et sœurs bien-aimés, à distance, je viens vous entretenir de l’Evangile et de ce qu’il dit, non au hasard, mais selon la volonté de Dieu et selon son coeur pour cette nouvelle semaine.

 

Le TOUCHER est un des 5 sens et a une grande importance, plus qu’on ne l’imagine finalement. Nous en faisons l’expérience avec cette épidémie qui se transmet par le contact…

Aujourd’hui, dans les textes bibliques, le prophète Samuel verse une corne d’huile sur la tête du jeune David pour lui révéler que le Seigneur le choisit (c’est son « élu », celui qui a reçu l’onction). L’évangile de l’aveugle de naissance guéri par Jésus nous fait presque voir Jésus qui applique avec ses mains la boue sur les yeux de l’homme. Et encore, le Psaume 22, sans doute le psaume le plus connu de toute la Bible, nous fait percevoir la force des sacrements dont nous sommes privés pour un temps aujourd’hui : « la table » de l’Eucharistie, « le parfum » de l’onction sur la tête, et « l’eau vive qui fait revivre »...Relisez ce Psaume 22 qui nous fait comme « goûter » ou toucher la présence de Dieu !

 

Mais plus que de parler du toucher, ce long évangile de l’aveugle-né guéri par Jésus, n’est-il pas un procès ? Si vous le relisez en entier, vous serez saisi par la ressemblance par exemple avec le récit de la Passion de Jésus. Oui, c’est un procès mené indirectement par le Christ ; le procès des ténèbres, qui sont l’absence de lumière et de vérité.

 

La semaine dernière, je vous parlais de l’épreuve et de sa différence avec la tentation. Aujourd’hui, je crois que le Seigneur veut nous dire : le mal existe dans le monde, on en voit sa force. Le mal est d’origine humaine et d’origine maléfique. Et cette épidémie, comme pour Job dans la Bible, doit nous permettre de croire qu’effectivement Dieu laisse faire pour un temps cette œuvre de Satan (Livre de Job, chapitres 1 et 2).

Mais pourquoi Dieu laisse-t-il faire ?…

Pour nous réveiller! Pour nous rendre compte de nos incohérences et pour révéler au grand jour la course au mensonge, au profit à l’échelle mondiale et sans vergogne. Pour révéler notre propre destruction par l’excès de progrès et la maîtrise de l’homme par la technique.

 

Beaucoup disent aujourd’hui que ce monde tel qu’on le vit est fini, qu’on ne pourra plus vivre comme avant...Mais vous verrez que ceux qui ont le pouvoir économique et politique, comme dans ce procès des ténèbres, continueront de vouloir mettre un frein à la lumière. La guerre est une guerre spirituelle, frères et sœurs. Une guerre spirituelle !

 

Déjà au XVIIème siècle, le philosophe anglais Hobbes, reprenant les Grecs, affirmait avec force : « L’homme est un loup pour l’homme ».

Et en 1949, le célèbre écrivain Georges Orwell ne décrit-il pas dans son livre fiction « 1984 » ce vers quoi tend notre monde à grand pas ?! Je ne cherche pas à savoir qui est aujourd’hui Big Brother, le dictateur de cette fiction, car comme Satan, il s’avance toujours masqué, étant le prince des ténèbres. Mais relisez ce qui y est dit de la technique et de l’argent comme domination politique et psychologique, de l’absence de liberté et de fraternité avec des caméras partout, et du contrôle de la pensée par le Ministère de la Vérité...C’est bien instructif !

 

Saint Paul nous dit aujourd’hui : « Ne prenez aucune part aux activités des ténèbres, elles ne produisent rien de bon, démasquez-les plutôt ».

Je crois fermement que le Seigneur VEUT le SALUT des méchants, plusieurs textes bibliques de cette semaine le disaient. Et je crois que les justes, ceux qui obéissent à Dieu et qui ont connu sa lumière, peuvent marcher encore un peu dans la nuit, dans la nuit que nous vivons. Oui, même dans la nuit de cette guerre spirituelle qui en trouble plus d’un, nous pouvons encore marcher comme si nous étions des aveugles, avec en mémoire la lumière du Christ pour nous éclairer intérieurement. Car Dieu veut tous nous sauver, mais bien nous sauver du mal. C’est pourquoi il faut avoir le courage de dire son nom !

 

« Jésus dit alors : ‘Je suis venu en ce monde pour rendre un jugement : que ceux qui ne voient pas puissent voir, et que ceux qui voient deviennent aveugles.’ »

 

Amen.

 

Père Thibaud de La Serre.

 

 

Jésus, me voici devant toi

https://www.youtube.com/watch?v=Z79mU8HQwtE

 

Un monde meilleur (Dvorak)

https://www.youtube.com/watch?v=Xa6iF1aIYdE

  

Voir les commentaires

Rédigé par Paroisse Sainte Catherine du Passage

Publié dans #Horaires des messes, #Vie de la paroisse, #liturgie, #poèmes-prières, #répertoire de chants à écouter

Repost0

Publié le 21 Mars 2020

Chers amis, communauté chrétienne du Passage,

Ce Carême 2020 est un grand Carême, un Carême radical, où il nous faut plus que jamais écouter la Parole du Seigneur. Car le Seigneur n'est pas étranger à ce qui se passe, et ne disons pas que c'est sa faute ou parce qu'il n'a rien fait ! Au contraire, il a laissé faire le mal, c'est sûr, et à une échelle mondiale, mais c'est pour nous réveiller, nous avertir ! Ecoutez donc, et demandez la grâce des 7 dons du Saint Esprit, don de sagesse, de connaissance, d'intelligence, de force, de conseil, de crainte de Dieu et d'affection filiale envers lui !

Pâques et la Résurrection sera bien au bout du chemin.

Quelques informations pour continuer notre confinement ensemble et avec tous les chrétiens :

1) En attendant que le "pic" de l'épidémie soit là et passe, restez le plus possible chez vous, et ce dimanche bénissez-vous mutuellement en faisant le signe de la croix sur ceux qui sont à vos côtés si vous n'êtes pas tout seul (et en vous lavant les mains !). Si vous êtes seul, regardez la Croix du Sauveur et signez-vous de la croix. L'église Sainte Jehanne reste ouverte tous les jours, le Seigneur y est présent dans son Eucharistie, si vous avez besoin de vous dégourdir les jambes ou de venir faire une prière spéciale auprès de lui, Il est là pour cela.

2) Ci-joint le texte de l'évangile de ce dimanche et une proposition de prière envoyée par le Père Jérôme Pomié, du service du catéchuménat, valable pour tous. Pensons spécialement pour James, Isabelle, Emilie, Céline, Géraldine, Marie-Charlotte, ainsi que Valéria, Samuel, Adrian et Cassandre et leurs parents qui se sont préparés à recevoir les sacrements de l'Initiation chrétienne pour Pâques ! Ne les lâchons pas dans notre prière pour qu'ils tiennent spirituellement dans cette attente !

3) KTO fait des propositions intéressantes et gratuites, en plus de la messe quotidienne, des prières des Fraternités monastiques de Jérusalem et du chapelet, il y a aussi des propositions de rediffusion de films (Marie de Nazareth pour mercredi, Dieu n'est pas mort pour vendredi, etc). Profitez-en !https://www.ktotv.com/

4) MERCREDI 25 MARS, grande fête de l'ANNOCIATION du SEIGNEUR (9 mois avant le 25 décembre) : toutes les églises de France sonneront leurs cloches à 19h30 et nous sommes tous invités à mettre des bougies à nos fenêtres, à lire l'Evangile du jour de l'Annonciation (St Luc chapitre 1, versets 26-38 ou sur https://www.aelf.org ) et à prier le Je vous salue Marie (Angelus ou chapelet), pour demander à Dieu par Marie la guérison et la paix. Je compte sur vous tous, c'est une initiative nationale !

- Je reste à votre écoute, par tel au 05 53 96 77 83 ou en direct si nécessaire. Si vous avez des idées interatives pour petits et grands, des demandes, des blagues à partager n'hésitez pas...Et consultez notre blog : http://paroissesaintecatherinedupassage47.over-blog.com (homélie de ce dimanche, vidéos, etc)

"Dieu qui as réconcilié avec toi toute l'humanité en lui donnant ton propre Fils, augmente la foi du peuple chrétien, pour qu'il se hâte avec amour au-devant des fêtes pascales qui approchent".

AMEN !

Bien fidèlement,

P. Thibaud de La Serre, votre curé.

Se préparer au 4eme dimanche de Carême - Service du Catéchuménat

Message des Evêques de France - Covid19

Voir les commentaires

Repost0

Publié le 21 Mars 2020

Sculpture de St Joseph portant l'enfant Jésus  qui entre dans Notre Dame de Paris pour le pèlerinage des pères et  exposée aux Bernardins, réalisée par Luc de Moustier
Sculpture de St Joseph portant l'enfant Jésus  qui entre dans Notre Dame de Paris pour le pèlerinage des pères et  exposée aux Bernardins, réalisée par Luc de Moustier

Sculpture de St Joseph portant l'enfant Jésus qui entre dans Notre Dame de Paris pour le pèlerinage des pères et exposée aux Bernardins, réalisée par Luc de Moustier

Voir les commentaires

Rédigé par Paroisse Sainte Catherine du Passage

Publié dans #Horaires des messes, #Vie de la paroisse, #informations, #liturgie, #vie du diocèse

Repost0

Publié le 13 Septembre 2017

 Cette question revient souvent dans la bouche d’un grand nombre de catholiques. C’est donc à prendre au sérieux. Nous ne devons pas oublier que la foi, c’est une relation vivante avec Dieu. Comme toute relation, elle se doit d’être nourrie régulièrement, autrement elle s’endort et même elle se sclérose.

La messe dominicale est l’une des occasions indispensables pour se retrouver en communauté ecclésiale, pour entendre la Parole de Dieu, pour prier, pour vivre le mystère eucharistique, et pour s’encourager mutuellement à évangéliser notre monde. Bien sûr, il ne s’agit pas de se donner mauvaise conscience parce que l’on manque la messe, mais de se dire toujours que s’en priver, c’est prendre des risques pour la bonne santé de notre foi.
La Messe, ou mieux, l’Eucharistie, est une rencontre personnelle avec le Christ. Dans ce sacrement, vécu en communauté, Il se donne à manger, Il nous donne la nourriture qui fait vivre, il nous unit les uns aux autres. D’où le terme de communion que nous employons dans notre langage courant. Et quand on parle de communion, nous ne devons pas voir que la réception du Corps du Christ, mais de tout ce qui fait la consistance de la messe (La Parole et l’Eucharistie).
Venir à la messe est une réponse à l’invitation du Christ. Ce n’est pas pour rien qu’il nous a laissé ce signe au moment où il allait quitter ses disciples. Il a voulu manifester ainsi que sa présence, réelle, devait passer par cet acte eucharistique. Alors pourquoi s’en priver, pourquoi rester à distance, pourquoi y voir une sorte de contrainte ?
Aller à la messe a pour but de nous rendre heureux, parce que, en Eglise, nous rendons grâce à Dieu, nous l’écoutons, nous l’acclamons, nous l’adorons, nous reconnaissons combien il nous remplit de ses bienfaits. Plus nous nous montrons attentifs à ce qui se célèbre, plus nous comprenons que notre vie de disciples du Christ est une grande communion dans l’amour et la paix. Ainsi nous répondons à l’invitation qui nous est faite à la fin de chaque rassemblement eucharistique : « Allez dans la paix du Christ ». Allez maintenant partager ce que vous êtes devenus par l’action du Christ en vous.
  
P. Serge CYRILLE.
 
Source : diocèse de  Guadeloupe 

Voir les commentaires

Rédigé par Paroisse Sainte Catherine du Passage

Publié dans #liturgie

Repost0