paque 2020

Publié le 10 Mai 2020

DIMANCHE 10 mai 2020

Le Passage d’Agen – en confinement

 

 Lectures de ce 5ème Dimanche de Pâques, dans vos missels ou sur AELF.org :

Première lecture : « Ils choisirent sept hommes remplis d’Esprit Saint » ( Lecture du livre des Actes des Apôtres, chapitre 6, versets1-7)

 

Psaume :       32        R/ Que ton amour, Seigneur, soit sur nous, comme notre espoir est en toi !

 

Deuxième lecture : « Vous êtes une descendance choisie, un sacerdoce royal » (Lecture de la première lettre de saint Pierre apôtre, chapitre 2, versets 4-9)

 

Alléluia. Alléluia.

 

Évangile : « Je suis le Chemin, la Vérité et la Vie » (Evangile de Jésus Christ selon saint Jean, chapitre 14, versets 1-12)

 

 

 

Homélie :

 

« Approchez-vous du Seigneur Jésus : il est la pierre vivante rejetée par les hommes, mais choisie et précieuse devant Dieu. »

 

Frères et sœurs bien-aimés, demain, nous serons déconfinés, nous pourrons sortir sans attestation. Mais nous marchons vers notre déclin. Nous sommes dans le rouge, même si la carte de France soigneusement définie nous met ici dans le vert, nous sommes dans le rouge. Dans le rouge de l’existence, dans le rouge de l’avenir.

Il n’est pas dans mon habitude de me plaindre, ni de jouer aux prophètes de malheur. Et en ce temps pascal, je voudrais orienter ma prédication sur le CHRIST qui est « mort et ressuscité pour nous », qui est « le Chemin, la Vérité, la Vie ». Mais pour recevoir profondément cette « bonne nouvelle », jamais égalée, de la Résurrection du Sauveur, il faut prendre en considération notre vie. Toute notre vie.

Il faut regarder notre vie, d’où nous venons, vers où nous allons, ce que nous sommes et ce que nous avons...Oui, il ne suffit pas de dire que nous sommes dans le rouge, pas plus que d’affirmer que nous sommes dans le vert, pour être heureux, pour avancer, vouloir avancer, aimer, recevoir de l’amour ou recharger ses batteries humaines.

 

Le pape François, dans le chapitre III de son Encyclique Laudato Si’, explique très justement que la racine de la crise écologique est tout simplement l’HOMME. Un homme moderne complètement dominé par la technique... Un homme qui a perdu son autonomie et est devenu le jouet de la finance, de l’informe, de la science. Voilà le rouge ! Voilà le rouge pour nous les hommes, et voilà le rouge pour la nature, pour la terre qui nous a été confiée par Dieu. Ne l’oublions pas après ce confinement !

 

Aujourd’hui, la grande question qui doit nous motiver est de retrouver la réponse la plus noble à la question « Qu’est-ce que l’homme ? »

Le Concile Vatican II, dans sa Constitution sur le monde de ce temps (Gaudium et Spes), a un très beau développement sur ce sujet : «En vérité, les déséquilibres qui travaillent le monde moderne sont liés à un déséquilibre plus fondamental qui prend racine dans le cœur même de l’homme. C’est en l’homme lui-même, en effet, que de nombreux éléments se combattent. D’une part, comme créature, il fait l’expérience de ses multiples limites ; d’autre part, il se sent illimité dans ses désirs et appelé à une vie supérieure. (…) Qu’est-ce que l’homme ? (…) A quoi bon ces victoires payées d’un si grand prix ? Que peut apporter l’homme à la société ? Que peut-il en attendre? Qu’adviendra-t-il après cette vie ? » (GS 10)

 

« Que peut apporter l’homme à la société ? »...Magnifique question posée en 1965 ! Question infiniment noble qui remet l’homme, œuvre de Dieu, au centre et non la technique, œuvre de l’homme, au centre...Vous me suivez ?!

Oui, je crois que c’est là que se situe la « résistance culturelle » que le pape François appelle de tous ses vœux. Tout n’est pas dans la paternité de l’homme qui se laisse finalement dominer par ce qu’il a créé, mais dans sa filiation...Dans sa filiation divine qui, certes, le dépasse, mais l’élève, l’anoblit infiniment, avant de lui présenter son destin éternel.

 

Ainsi, la question actuelle ne doit pas être « Que peut apporter la technique à la société ? » Question, ou réponse omniprésente de nos jours, sans même peut-être qu’on s’en rende compte. Mais « que peut apporter l’homme à la société ? »

Quand Albert Camus écrit La Peste en 1947, dans le décor d’un Oran ravagé, il vient de manière très réaliste nous faire réfléchir sur ce qu’est l’homme, et ce qu’est le totalitarisme (à l’époque communiste ou fasciste). Que dit le christianisme de son côté sur la question de l’homme ? Il me revient à l’esprit une phrase importante du Concile Vatican II : « Quiconque suit le Christ, homme parfait, devient lui-même plus homme » (GS 41) ...Et l’évangile de ce dimanche, dans la bouche même de Jésus : « Celui qui croit en moi fera les œuvres que je fais. Il en fera même de plus grandes, parce que je pars vers le Père »…

 

On le voit bien, la plus belle réponse à la question « Qu’est-ce que l’homme ? » et « Que peut-il apporter à la société ? » n’est pas que nous avons un corps, un âge, un esprit, un sexe, un compte en banque, des problèmes de santé ou des déviances, même écologiques. Non, la plus belle réponse est que nous sommes à l’image de Dieu et que plus nous lui ressemblerons, plus nous serons ce pour quoi nous avons été créés !

C’est pour cela qu’en étant hommes, femmes et disciples du Christ, nous perfectionnons notre chemin, nous perfectionnons la vérité de notre existence, nous perfectionnons la beauté de la vie de Dieu qui nous fera vivre éternellement.

 

Oui, frères et sœurs, en ce temps pascal, en ce temps de reprise et de doutes, témoignons de ce qu’être homme, femme et disciple du Christ est compatible ! Pour aller dans le bon sens et ne pas se laisser dominer par le broyeur universel actuel, qui fait de nous des choses et non plus des hommes…

 

« Approchez-vous du Seigneur Jésus : il est la pierre vivante rejetée par les hommes, mais choisie et précieuse devant Dieu. »

Amen. Alleluia !

Père Thibaud de La Serre

 

 

Homélie : DIMANCHE 10 mai 2020 Le Passage d’Agen – en confinement

L'équipe d'animation vous propose aujourd'hui des chants en relation avec les textes. 

Voir les commentaires

Rédigé par Paroisse Sainte Catherine du Passage

Publié dans #Homélies, #Evangile du jour, #Horaires des messes, #Pâque 2020, #répertoire de chants à écouter

Repost0

Publié le 1 Mai 2020

Pèlerinage des Vocations à la Vierge Marie

Cette année 2020, le Pèlerinage des Vocations à la Vierge Marie, sous la présidence de Monseigneur Hubert HERBRETEAU notre évêque, va avoir lieu mais à distance, dans une communion spirituelle, une supplique et une action de grâce profondes.

 

Après l’accueil au Monastère des Annonciades l’an dernier, nous devions nous retrouver cette année, avec tout le diocèse, sur la paroisse Sainte Catherine du Passage, et plus spécialement à l’église Sainte Jehanne de France.

 

Nous vous proposons 3 temps :

 

1) Prions ensemble, comme nous le faisons chaque 1er mai ensemble, et comme nous y appelle le pape cette année pour tout le mois de mai avec le Rosaire :

 

VENDREDI 1er MAI 

 

CHAPELET À 11H00 EN DIRECT DE SAINTE JEHANNE

sur la Chaîne YouTube

https://www.youtube.com/channel/UCCRRmVE2qsyXVzqPEZAayfw

Pour ceux qui ne peuvent pas visionner, vous pouvez suivre le texte écrit de la méditation (PDF)

 

 

2) Écoutons la méditation du pape pour cette année, l’invitation de notre évêque et le témoignage de trois femmes qui se sont laissées guidées par l’Esprit Saint pour retrouver un supplément de vie, un supplément d’âme à leur vie… :

 

VENDREDI 1er MAI

 

 

MESSAGE DU PAPE pour la 57ème JOURNÉE MONDIALE DES VOCATIONS 2020

« Les paroles de la vocation », vidéo et texte joint (DOC)

https://www.youtube.com/watch?v=P1whJCtfKwU

 

MESSAGE VIDÉO DE NOTRE ÉVÊQUE,

Mgr Hubert HERBRETEAU

https://www.youtube.com/watch?v=l9iEsMBEL50

 

TÉMOIGNAGES de MURIEL, YVETTE et ELIANE,

toutes les trois confirmées adultes, il y a peu de temps, par Mgr HERBRETEAU,

signes de l’Esprit Saint toujours à l’oeuvre dans notre diocèse et motifs d’action de grâce pour ces vocations chrétiennes approfondies et rayonnantes

https://www.youtube.com/channel/UCCRRmVE2qsyXVzqPEZAayfw

 

3) Poursuivons notre communion et notre réponse à l’appel de Dieu par la journée nationale du 3 mai « L’Église de France prie pour les vocations », avec entre autres :

 

 

DIMANCHE 3 MAI

 

CHAÎNE NATIONALE DE PRIÈRE POUR LES VOCATIONS

on peut s’inscrire pour 30 minutes entre minuit et minuit

https://doodle.com/poll/46f9aky2ezhfp8c5

 

 

PRIÈRE DES VÊPRES CHEZ LES SOEURS DE L’ASSOMPTION

https://www.youtube.com/user/EgliseCatholiqueFr 

Pèlerinage des Vocations à la Vierge Marie

« Chers frères et sœurs, spécialement en cette journée, mais aussi dans l’action pastorale ordinaire de nos communautés, je désire que l’Église parcoure ce chemin au service des vocations, en ouvrant des brèches dans le coeur de chaque fidèle, pour que chacun puisse découvrir avec gratitude l’appel que Dieu lui adresse, trouver le courage de dire « oui », vaincre la fatigue dans la foi au Christ et, enfin, offrir sa vie comme un cantique de louange pour Dieu, pour les frères et pour le monde entier. Que la Vierge Marie nous accompagne et intercède pour nous. » Pape François, Message pour le 3 mai 2020.  

Dans quelques temps, l’icône de la Sainte Famille va reprendre son pèlerinage dans les familles de nos paroisses pour rendre grâce, transmettre l’appel et la joie de la foi et supplier le Seigneur de nous donner davantage de prêtres, de consacré(e)s et de couples chrétiens.

Pèlerinage des Vocations à la Vierge Marie
Pèlerinage des Vocations à la Vierge Marie

Voir les commentaires

Repost0

Publié le 30 Avril 2020

Pèlerinage des Vocations à la Vierge Marie

Rendez-vous demain, vendredi 1er mai

sur le blog de la Paroisse Sainte Catherine.

Voir les commentaires

Repost0

Publié le 12 Avril 2020

Proposition d'Emmanuelle, dessin réalisé par Maïté Roche

Proposition d'Emmanuelle, dessin réalisé par Maïté Roche

Voir les commentaires

Rédigé par Paroisse Sainte Catherine du Passage

Publié dans #Les jeunes, #Pâque 2020

Repost0

Publié le 12 Avril 2020

PÂQUES 2020

Le Passage d’Agen – église Sainte Jehanne

 

 

« Ainsi, la Sagesse est apparue sur la terre, elle a vécu parmi les hommes. Elle est le livre des préceptes de Dieu, la Loi qui demeure éternellement : tous ceux qui l’observent vivront, ceux qui l’abandonnent mourront. »

 

Frères et sœurs bien-aimés, dans toute la Bible la SAGESSE c’est le CHRIST, le diamant de Dieu donné aux hommes pour les conduire vers Lui. C’est pourquoi, en ce jour de Pâques, je m’adresse aux catholiques, mais aussi à tous les chrétiens, et aussi à nos frères Juifs, aux musulmans, aux philosophes et à toutes les personnes de bonne volonté qui recherchent une sagesse pratique pour leur vie et essaient de comprendre le sens de cette vie et de ce monde moderne.

 

La crise sanitaire que nous vivons et la crise écologique, tout comme la crise humanitaire et sociale dans de nombreux pays et qui arrive jusque chez nous, sont toutes liées : « TOUT EST LIÉ » affirme le pape François depuis 2015 dans son Encyclique Laudato Si’ sur notre maison commune !

 

La « Krisis » (crise) en grec est un jugement, une condamnation. Dieu nous a donné sa création (Cf 1ère lecture de la Veillée pascale : le premier récit de la Création dans la Genèse, et 7ème lecture : Ezéchiel 36 sur le don de l’eau qui purifie et régénère). Mais l’homme se détruit lui-même. Cependant, et c’est le sens de Pâques : Dieu veut le sauver en lui faisant prendre CONSCIENCE des choses, du sens et de son Être.

… « Conscience : le mot vient du latin (conscientia = connaissance) et du verbe « scire » qui signifie « savoir, connaître, apprendre ». C’est-à-dire savoir pour bien juger. Mais le même mot en grec (suneidesis) nous avertit : la connaissance, la conscience, la lumière de l’esprit et l’idolâtrie (eidolon), la perversion de l’esprit ont la même racine !

 

Le savoir peut donc être tourné vers le bien ou vers la ruine du bien, c’est-à-dire vers le mal. Comme le disait Rabelais : « science sans conscience n’est que ruine de l’âme »…

 

Pourquoi est-ce que je vous dis cela en célébrant Pâques, la plus grande fête chrétienne ?

Parce que nous sommes en crise ! Parce que tous les textes lus ces dernières heures sont le résumé de toute la sagesse chrétienne...Et parce qu’au-delà du jugement et de la conscience nécessaires, la célébration de la Résurrection du Christ peut réorienter nos pas vers une profonde ESPÉRANCE et une vraie CONVERSION, et non vers un désespoir massif ou un laxisme mortifère !

 

Le pape François dans l’Encyclique Laudato Si’ nous donne un enseignement profond : « La vie est en train d’être abandonnée aux circonstances conditionnées par la technique, comprise comme le principal moyen d’interpréter l’existence. (…) La culture écologique ne peut pas se réduire à une série de réponses urgentes et partielles aux problèmes qui sont en train d’apparaître...elle devrait être un regard différent, une pensée, une politique, un programme éducatif, un style de vie et une spiritualité qui constitueraient une résistance face à l’avancée du paradigme technocratique. » (n°110-111)

 

Beaucoup de chrétiens et de non chrétiens se demandent si c’est actuellement la fin des temps ?

 

L’Apocalypse de saint Jean nous révèle que parmi les signes de la fin des temps, il y aura l’assèchement et la pollution de l’eau potable pour les populations. Ce dont parle le pape aussi dans son Encyclique Laudato Si’.

 

Bref, que retenir de ce trésor biblique, et que retenir de la Passion et la Résurrection du Christ ?

Que nous sommes comblés de VIE,

doués de RAISON,

éclairés par la SAGESSE divine.

Que le Christ est l’AMOUR-MÊME qui nous visite, qui vient vers nous,

et qu’il nous charge d’ANNONCER que le « livre » de la Création est une première merveille à lire pour recevoir un jour le temps de la RÉDEMPTION !

 

Oui, le Christ Jésus nous précède.

Oui, il est ressuscité des morts.

Il n’y aura pas d’autre Christ que Jésus,

et il n’y aura pas d’autre création que celle sur laquelle nous marchons, dans tous les sens du terme !

 

« Ainsi, la Sagesse est apparue sur la terre, elle a vécu parmi les hommes. Elle est le livre des préceptes de Dieu, la Loi qui demeure éternellement : tous ceux qui l’observent vivront, ceux qui l’abandonnent mourront. »

 

Amen, Alleluia !

 

Père Thibaud de La Serre.

 

Le tombeau ouvert au matin de Pâques, Denis Pompey

Le tombeau ouvert au matin de Pâques, Denis Pompey

Voir les commentaires

Rédigé par Paroisse Sainte Catherine du Passage

Publié dans #Homélies, #Pâque 2020

Repost0

Publié le 11 Avril 2020

Remarques pratiques pour bien vivre ce temps de prière

- Choisir un lieu, un espace de la maison qui peut devenir le lieu habituel de la prière durant ces jours saints, en semaine ou au moins le dimanche. Il n’a pas besoin d’être immense, mais dédié à cela. Il pourra recevoir une croix ou un crucifix, une image ou une icône de la Passion (images disponibles sur le site Narthex.fr), une Bible, des bougies, quelques fleurs…

- Se donner un horaire pour se retrouver, seul ou en famille, afin de vivre la célébration domestique. 18H30 est l’heure que nous vous proposons pour les Jeudi Saint, Vendredi Saint et Samedi (Veillée pascale) car c’est à cette heure que le Père Thibaud célébrera seul dans l’église Sainte Jehanne, mais vous pouvez vous associez à un horaire un peu décalé.

- Couper les téléphones pour n’être là que pour Dieu seul et pour la famille de l’Eglise !

- Vous pouvez retrouver les lectures sur aelf.org ou dans votre missel ou votre revue habituelle. Il est bien de choisir à l’avance une personne pour lire le déroulement au fur et à mesure, vous pouvez  faire cela à tour de rôle mais il faut que la personne soit d’accord avant pour ne pas créer de tension.

- Des chants et des pièces musicales sont proposées, avec également un lien actif, un supplément de chants est disponible à la fin.

 

Belles célébrations vers Pâques !

 

TROIS JOURS SAINTS POUR CÉLÉBRER LA PÂQUE DE JÉSUS

(Triduum pascal)

9 – 10 – 11 avril 2020

 

 

VEILLÉE PASCALE – SAMEDI SOIR  

 

 

La célébration de la Veillée pascale est une veille en l’honneur du Seigneur et de tout son accomplissement depuis la Création de l’homme jusqu’à la Résurrection de son Fils pour le salut de toute l’humanité. Elle se compose habituellement en 4 parties : la lumière pascale et l’annonce de la  victoire de Jésus sur la mort, les grands textes de l’Ancien Testament et de l’histoire sainte du peuple de Dieu, la liturgie baptismale et le renouvellement pour tous de notre engagement de baptisés, et le repas eucharistique comme Jésus nous a dit de le faire en mémoire de Lui aujourd’hui. Nous la vivrons en 2 parties conjointes ce soir.

 

 

PREMIÈRE PARTIE

 

- En communion avec les autres chrétiens et tous les catholiques, on dépose une ou plusieurs bougie(s) allumée(s) à la fenêtre. A l’intérieur de la pièce, on choisit un éclairage doux, avec une bougie devant nous.

 

- Faisons le signe de la croix sur nous. Nous avons vécu l’ensevelissement de Jésus dans le tombeau après le récit de sa Passion hier soir et le renouvellement de notre amour pour Lui malgré la reconnaissance personnelle de nos fautes envers Lui, ce pourquoi nous avons embrassé sa croix hier soir. Vivons ce soir la nouvelle de son amour éternel et de sa Résurrection !

 

- L’un de nous dit la prière suivante : 

« Sois béni, Seigneur notre Dieu. Tu as donné aux hommes la clarté de la vraie lumière en leur envoyant ton Fils Jésus. Que cette lumière, qui brille à notre fenêtre en cette nuit de Pâques, fasse de nous des foyers de lumière au cœur du monde. Par Jésus, le Christ, notre Seigneur. Amen. »

 

On peut alors écouter ou chanter un chant.  Choisissez-le :

 

Voici la nuit https://www.youtube.com/watch?v=WIVZszRE3zU

 

https: //www.youtube.com/watch?v=xjoB9lGos04

 

- Remémorons-nous les veillées pascales que nous avons connues, pensons aux catéchumènes adultes qui se préparent à recevoir les sacrements de Pâques, repoussés à cause de l’épidémie : James et Isabelle, Emilie, Géraldine, Céline, Marie-Charlotte et Jean-Luc. Avant d’écouter ensemble deux des principales lectures, répétons ensemble : « Seigneur, donne-nous ton Esprit d’écoute. Ouvre notre coeur et notre intelligence à ta voix ».

 

La première lecture, tirée de la première page de toute la Bible, est un récit poétique imagé pour affirmer que notre Dieu, l’unique Seigneur, a tout créé sur terre et dans le ciel.

 

Si on le connaît on peut chanter avant le Refrain du Psaume 103 : « Ô Seigneur, envoie ton Esprit qui renouvelle la face de la terre »

 

Lecture Famille de Saint Martin : https://youtu.be/rWfQOJVjvz4

 

Lecture du livre de la Genèse

Au commencement,
Dieu créa le ciel et la terre.
    La terre était informe et vide,
les ténèbres étaient au-dessus de l’abîme
et le souffle de Dieu planait au-dessus des eaux.

    Dieu dit :
« Que la lumière soit. »
Et la lumière fut.
    Dieu vit que la lumière était bonne,
et Dieu sépara la lumière des ténèbres.
    Dieu appela la lumière « jour »,
il appela les ténèbres « nuit ».
Il y eut un soir, il y eut un matin :
premier jour.

    Et Dieu dit :
« Qu’il y ait un firmament au milieu des eaux,
et qu’il sépare les eaux. »
    Dieu fit le firmament,
il sépara les eaux qui sont au-dessous du firmament
et les eaux qui sont au-dessus.
Et ce fut ainsi.
    Dieu appela le firmament « ciel ».
Il y eut un soir, il y eut un matin :
deuxième jour.

    Et Dieu dit :
« Les eaux qui sont au-dessous du ciel,
qu’elles se rassemblent en un seul lieu,
et que paraisse la terre ferme. »
Et ce fut ainsi.
    Dieu appela la terre ferme « terre »,
et il appela la masse des eaux « mer ».
Et Dieu vit que cela était bon.

    Dieu dit :
« Que la terre produise l’herbe,
la plante qui porte sa semence,
et que, sur la terre, l’arbre à fruit donne,
selon son espèce,
le fruit qui porte sa semence. »
Et ce fut ainsi.
    La terre produisit l’herbe,
la plante qui porte sa semence, selon son espèce,
et l’arbre qui donne, selon son espèce,
le fruit qui porte sa semence.
Et Dieu vit que cela était bon.
    Il y eut un soir, il y eut un matin :
troisième jour.

    Et Dieu dit :
« Qu’il y ait des luminaires au firmament du ciel,
pour séparer le jour de la nuit ;
qu’ils servent de signes
pour marquer les fêtes, les jours et les années ;
    et qu’ils soient, au firmament du ciel,
des luminaires pour éclairer la terre. »
Et ce fut ainsi.
    Dieu fit les deux grands luminaires :
le plus grand pour commander au jour,
le plus petit pour commander à la nuit ;
il fit aussi les étoiles.
    Dieu les plaça au firmament du ciel
pour éclairer la terre,
    pour commander au jour et à la nuit,
pour séparer la lumière des ténèbres.
Et Dieu vit que cela était bon.
    Il y eut un soir, il y eut un matin :
quatrième jour.

    Et Dieu dit :
« Que les eaux foisonnent
d’une profusion d’êtres vivants,
et que les oiseaux volent au-dessus de la terre,
sous le firmament du ciel. »
    Dieu créa, selon leur espèce,
les grands monstres marins,
tous les êtres vivants qui vont et viennent
et foisonnent dans les eaux,
et aussi, selon leur espèce,
tous les oiseaux qui volent.
Et Dieu vit que cela était bon.
    Dieu les bénit par ces paroles :
« Soyez féconds et multipliez-vous,
remplissez les mers,
que les oiseaux se multiplient sur la terre. »
    Il y eut un soir, il y eut un matin :
cinquième jour.

    Et Dieu dit :
« Que la terre produise des êtres vivants
selon leur espèce,
bestiaux, bestioles et bêtes sauvages
selon leur espèce. »
Et ce fut ainsi.
    Dieu fit les bêtes sauvages selon leur espèce,
les bestiaux selon leur espèce,
et toutes les bestioles de la terre selon leur espèce.
Et Dieu vit que cela était bon.

    Dieu dit :
« Faisons l’homme à notre image,
selon notre ressemblance.
Qu’il soit le maître des poissons de la mer, des oiseaux du ciel,
des bestiaux, de toutes les bêtes sauvages,
et de toutes les bestioles
qui vont et viennent sur la terre. »
    Dieu créa l’homme à son image,
à l’image de Dieu il le créa,
il les créa homme et femme.
    Dieu les bénit et leur dit :
« Soyez féconds et multipliez-vous,
remplissez la terre et soumettez-la.
Soyez les maîtres des poissons de la mer, des oiseaux du ciel,
et de tous les animaux qui vont et viennent sur la terre. »
    Dieu dit encore :
« Je vous donne toute plante qui porte sa semence
sur toute la surface de la terre,
et tout arbre dont le fruit porte sa semence :
telle sera votre nourriture.
    À tous les animaux de la terre,
à tous les oiseaux du ciel,
à tout ce qui va et vient sur la terre
et qui a souffle de vie,
je donne comme nourriture toute herbe verte. »
Et ce fut ainsi.
    Et Dieu vit tout ce qu’il avait fait ;
et voici : cela était très bon.
Il y eut un soir, il y eut un matin :
sixième jour.

     Ainsi furent achevés le ciel et la terre,
et tout leur déploiement.
    Le septième jour,
Dieu avait achevé l’œuvre qu’il avait faite.
Il se reposa, le septième jour,
de toute l’œuvre qu’il avait faite.

    – Parole du Seigneur.

 

- Nous rendons grâce à Dieu

 

 

- L’un de nous dit cette prière : « Dieu éternel et tout-puissant, toi qui agis toujours avec une sagesse admirable, donne aux hommes que tu as rachetés de comprendre que le sacrifice du Christ, notre Pâque, est une œuvre plus merveilleuse encore que l’acte de la création au commencement du monde. Par Jésus, le Christ, notre Seigneur. Amen »

 

 

Le deuxième récit fondateur (Exode 14-15) est le plus ancien à avoir été écrit de toute la Bible : le passage de la mer Rouge, vers 1200 avant Jésus Christ, suivi du chant (cantique) une fois que la mer a été traversée.

 

Lecture Jeanine Millethttps://youtu.be/WW4XAL_Y538

Lecture du livre de l’Exode

    En ces jours-là,
    le Seigneur dit à Moïse :
« Pourquoi crier vers moi ?
Ordonne aux fils d’Israël de se mettre en route !
    Toi, lève ton bâton, étends le bras sur la mer,
fends-la en deux,
et que les fils d’Israël entrent au milieu de la mer à pied sec.
    Et moi, je ferai en sorte que les Égyptiens s’obstinent :
ils y entreront derrière eux ;
je me glorifierai aux dépens de Pharaon et de toute son armée,
de ses chars et de ses guerriers.
    Les Égyptiens sauront que je suis le Seigneur,
quand je me serai glorifié aux dépens de Pharaon,
de ses chars et de ses guerriers. »
    L’ange de Dieu, qui marchait en avant d’Israël,
se déplaça et marcha à l’arrière.
La colonne de nuée se déplaça depuis l’avant-garde
et vint se tenir à l’arrière,
    entre le camp des Égyptiens et le camp d’Israël.
Cette nuée était à la fois ténèbres et lumière dans la nuit,
si bien que, de toute la nuit, ils ne purent se rencontrer.
Moïse étendit le bras sur la mer.
Le Seigneur chassa la mer toute la nuit par un fort vent d’est ;
il mit la mer à sec, et les eaux se fendirent.
    Les fils d’Israël entrèrent au milieu de la mer à pied sec,
les eaux formant une muraille à leur droite et à leur gauche.
    Les Égyptiens les poursuivirent ;
tous les chevaux de Pharaon, ses chars et ses guerriers
entrèrent derrière eux jusqu’au milieu de la mer.

    Aux dernières heures de la nuit,
le Seigneur observa, depuis la colonne de feu et de nuée,
l’armée des Égyptiens,
et il la frappa de panique.
    Il faussa les roues de leurs chars,
et ils eurent beaucoup de peine à les conduire.
Les Égyptiens s’écrièrent :
« Fuyons devant Israël,
car c’est le Seigneur
qui combat pour eux contre nous ! »
    Le Seigneur dit à Moïse :
« Étends le bras sur la mer :
que les eaux reviennent sur les Égyptiens,
leurs chars et leurs guerriers ! »
    Moïse étendit le bras sur la mer.
Au point du jour, la mer reprit sa place ;
dans leur fuite, les Égyptiens s’y heurtèrent,
et le Seigneur les précipita au milieu de la mer.
    Les eaux refluèrent et recouvrirent les chars et les guerriers,
toute l’armée de Pharaon
qui était entrée dans la mer à la poursuite d’Israël.
Il n’en resta pas un seul.
    Mais les fils d’Israël
avaient marché à pied sec au milieu de la mer,
les eaux formant une muraille à leur droite et à leur gauche.

    Ce jour-là,
le Seigneur sauva Israël de la main de l’Égypte,
et Israël vit les Égyptiens morts sur le bord de la mer.
    Israël vit avec quelle main puissante
le Seigneur avait agi contre l’Égypte.
Le peuple craignit le Seigneur,
il mit sa foi dans le Seigneur
et dans son serviteur Moïse.
Alors Moïse et les fils d’Israël
chantèrent ce cantique au Seigneur :

 

R/ Chantons pour le Seigneur !
Éclatante est sa gloire ! (cf. Ex 15)

Je chanterai pour le Seigneur !
Éclatante est sa gloire :
il a jeté dans la mer
cheval et cavalier.

Ma force et mon chant, c’est le Seigneur :
il est pour moi le salut.
Il est mon Dieu, je le célèbre ;
j’exalte le Dieu de mon père.

Le Seigneur est le guerrier des combats ;
son nom est « Le Seigneur ».
Les chars du Pharaon et ses armées, il les lance dans la mer.
L’élite de leurs chefs a sombré dans la mer Rouge.

L’abîme les recouvre :
ils descendent, comme la pierre, au fond des eaux.
Ta droite, Seigneur, magnifique en sa force,
ta droite, Seigneur, écrase l’ennemi.

Tu les amènes, tu les plantes sur la montagne, ton héritage,
le lieu que tu as fait, Seigneur, pour l’habiter,
le sanctuaire, Seigneur, fondé par tes mains.
Le Seigneur régnera pour les siècles des siècles.

 

 

- L’un de nous dit cette prière : « Maintenant encore, Seigneur, nous voyons resplendir tes merveilles d’autrefois : Alors que jadis tu manifestais ta puissance en délivrant un seul peuple de la poursuite des Egyptiens, tu assures désormais le salut de toutes les nations en les faisant renaître à travers les eaux du baptême. Fais que les hommes du monde entier deviennent des fils d’Abraham et accèdent à la dignité de tes enfants. Par Jésus, le Christ, notre Seigneur. Amen. »

 

Lecture de la lettre de saint Paul apôtre aux Romains par Gilles Rabot

 

Épître
« Ressuscité d’entre les morts, le Christ ne meurt plus » (Rm 6, 3b-11)

Lecture de la lettre de saint Paul apôtre aux Romains

Frères,
    nous tous qui par le baptême avons été unis au Christ Jésus,
c’est à sa mort que nous avons été unis par le baptême.
    Si donc, par le baptême qui nous unit à sa mort,
nous avons été mis au tombeau avec lui,
c’est pour que nous menions une vie nouvelle, nous aussi,
comme le Christ qui, par la toute-puissance du Père,
est ressuscité d’entre les morts.
    Car, si nous avons été unis à lui
par une mort qui ressemble à la sienne,
nous le serons aussi
par une résurrection qui ressemblera à la sienne.
    Nous le savons : l’homme ancien qui est en nous
a été fixé à la croix avec lui
pour que le corps du péché soit réduit à rien,
et qu’ainsi nous ne soyons plus esclaves du péché.
    Car celui qui est mort est affranchi du péché.

    Et si nous sommes passés par la mort avec le Christ,
nous croyons que nous vivrons aussi avec lui.
    Nous le savons en effet :
ressuscité d’entre les morts, le Christ ne meurt plus ;
la mort n’a plus de pouvoir sur lui.
    Car lui qui est mort,
c'est au péché qu'il est mort une fois pour toutes ;
lui qui est vivant,
c'est pour Dieu qu'il est vivant.
    De même, vous aussi,
pensez que vous êtes morts au péché,
mais vivants pour Dieu en Jésus Christ.

    – Parole du Seigneur.

- Si vous le pouvez, vous pouvez vous lever pour écouter ou chanter un des ALLELUIA que vous aimez ! (Par exemple ci-dessous, ou un autre) Et ensuite restons debout pour entendre l’évangile de la Résurrection, tiré de saint Matthieu cette année (année A) :

 

Alléluia du Congo (voir fichier audio)

 

Alleluia de Haendel  https://www.youtube.com/watch?v=rMDRopXHfaY

 

Alleluia de Taizé        https://www.youtube.com/watch?v=VhQvPaT2wJU

 

Alleluia de Glorious   https://www.youtube.com/watch?v=9h2EVZ2cvPI

Évangile de Jésus Christ selon saint Matthieu (Père Thibaud)

Évangile de Jésus Christ selon saint Matthieu (Père Thibaud)

    Après le sabbat,
à l’heure où commençait à poindre le premier jour de la semaine,
Marie Madeleine et l’autre Marie
vinrent pour regarder le sépulcre.
    Et voilà qu’il y eut un grand tremblement de terre ;
l’ange du Seigneur descendit du ciel,
vint rouler la pierre et s’assit dessus.
    Il avait l’aspect de l’éclair,
et son vêtement était blanc comme neige.    


    Les gardes, dans la crainte qu’ils éprouvèrent,
se mirent à trembler et devinrent comme morts.
    L’ange prit la parole et dit aux femmes :
« Vous, soyez sans crainte !
Je sais que vous cherchez Jésus le Crucifié.

    Il n’est pas ici,
car il est ressuscité, comme il l’avait dit.


Venez voir l’endroit où il reposait.
    Puis, vite, allez dire à ses disciples :
‘Il est ressuscité d’entre les morts,
et voici qu’il vous précède en Galilée ;
là, vous le verrez.’
Voilà ce que j’avais à vous dire. »


    Vite, elles quittèrent le tombeau,
remplies à la fois de crainte et d’une grande joie,
et elles coururent porter la nouvelle à ses disciples.
    Et voici que Jésus vint à leur rencontre et leur dit :
« Je vous salue. »


Elles s’approchèrent,
lui saisirent les pieds et se prosternèrent devant lui.
    Alors Jésus leur dit :
« Soyez sans crainte,
allez annoncer à mes frères
qu’ils doivent se rendre en Galilée :
c’est là qu’ils me verront. »

    – Acclamons la Parole de Dieu.

 

- Louange à toi Seigneur Jésus

 

 

 

- Nous sommes invités à nous rasseoir, et si nous le voulons, nous pouvons relire ce passage de l’évangile à haute voix (une ou plusieurs personnes peuvent le relire selon le découpage proposé) en repérant une phrase qui nous semble la plus importante ou une phrase qui nous questionne.

Dire ensuite quelle phrase nous avons retenue. Nous pouvons échanger un instant ensemble sur cet évangile et sa bonne nouvelle.

 

 

 

DEUXIÈME PARTIE

 

- Prions : «Dieu éternel et tout-puissant, viens agir dans les mystères qui révèlent ton amour, viens agir dans le sacrement de notre baptême. Envoie ton Esprit pour enfanter les peuples nouveaux qui renaîtront pour toi de la fontaine baptismale. Fais que les gestes du ministère des prêtres deviennent efficaces par ta puissance. Par Jésus le Christ, notre Seigneur. Amen »

 

-  Vivons la mémoire de notre baptême : Après un temps de silence on pourra prier la litanie des Saints, ces baptisés qui nous ont précédés dans la foi dont nous héritons. On peut ajouter quelques noms à la liste des saints, par exemple ceux des membres de la famille. Un(e) dit la première partie et tous reprennent ce qui est en italique.

 

Seigneur, prends pitié. Seigneur, prends pitié.

Ô christ, prends pitié. Ô christ, prends pitié.

Seigneur, prends pitié. Seigneur, prends pitié

 

Sainte Marie, priez pour nous.

Sainte Mère de Dieu, priez pour nous.

Sainte vierge des vierges, priez pour nous.

 

Saints Michel, Gabriel et Raphaël, priez pour nous.

Saint Jean-Baptiste, priez pour nous.

Saint Joseph, priez pour nous.

 

Saint Pierre et Saint Paul, priez pour nous.

Saint André et Saint Jean, priez pour nous.

Tous les Apôtres du Seigneur, priez pour nous

 

Sainte Marie-Madeleine, priez pour nous.

Saint Étienne, priez pour nous.

Saint Ignace d’Antioche, priez pour nous

 

Saint Laurent et Saint Urbain, priez pour nous.

Sainte Perpétue et Sainte Félicité, priez pour nous

Sainte Agnès et Sainte Catherine d’Alexandrie, priez pour nous

 

Saint Grégoire et Saint Augustin, priez pour nous.

Saint Athanase et Saint Basile, priez pour nous.

Saint Caprais et Sainte Foy, priez pour nous.

 

Saint Martin et Saint Benoît, priez pour nous

Saint François d’Assise et Saint Dominique, priez pour nous.

Saint Ignace de Loyola et Saint François Xavier, priez pour nous

 

Sainte Thérèse d’Avila et Saint Jean de la Croix, priez pour nous.

Sainte Jehanne de France et Sainte Rose de Lima, priez pour nous

Saint Vincent de Paul et Saint Jean-Marie Vianney, priez pour nous.

 

Sainte Bernadette Soubirous et Sainte Thérèse de l’Enfant Jésus, priez pour nous.

Saint Jean Bosco et Saint Louis de France, priez pour nous.

Sainte Mère Térésa et Saint Jean-Paul II, priez pour nous.  

 

...

 

- Forts de la prière de tous les saints baptisés qui nous ont précédés, renouvelons nous-mêmes maintenant le OUI de notre baptême (dis à notre Profession de foi ou notre Confirmation si nous avons été baptisés tout-petits) : « Oui, je le rejette », puis « Oui, je crois ».

 

Vidéo Profession de foi (P. Thibaud)

 

 

- Parmi les baptisés, certains sont choisis par Dieu pour être ses serviteurs particuliers : les prêtres. Les prêtres sont consacrés à Dieu, ils viennent de nos familles, des familles qui désirent des prêtres qui sortent d’elles ou des familles qui n’ont pas découvert la foi mais que Dieu appelle quand même et fait grandir. Dieu attend cependant le désir de ses fidèles pour que des prêtres soient choisis dans notre paroisse, comme déjà le Père Vincent Chrétienne (au Cambodge actuellement), le Père Bruno Daniel (dans l’Oise et qui a fondé une œuvre pour les enfants maltraités), le Père Didier Vernay (dominicain) et le Père Vincent Siret (supérieur du Séminaire français de Rome), qui ont été des jeunes de la paroisse du Passage et sont devenus prêtres pour le service du Christ ailleurs.

 

Pour eux, pour notre curé et pour demander au Seigneur les prêtres dont l’Église a besoin pour annoncer la Bonne Nouvelle et célébrer les sacrements du Baptême, de l’Eucharistie, du Pardon, du Mariage et de l’Onction des malades, nous disons : Notre Père qui es aux cieux

 

- Pour terminer notre temps de prière, recevons la bénédiction du Seigneur que notre curé a voulu nous donner ce soir avec le Saint Sacrement de son Corps consacré, nous qui sommes privés de l’Eucharistie en ce moment…

 

Vidéo Bénédiction Père Thibaud : https://youtu.be/Yu1XpD76KGk

 

 

- On peut finir par un chant de votre choix :

 

Qu’exulte tout l’univers https://www.youtube.com/watch?v=XKFnqWFGScA

 

La pierre du tombeau a été roulée Alleluia    https://www.youtube.com/watch?v=JyK2KXvYuGo

 

Ma Passion Glorious  https://www.youtube.com/watch?v=JIKaKEoA8NQ

 

 

 

 

Demain, les cloches continueront de sonner, comme ce soir, pour témoigner de notre joie et de notre foi en Jésus le Sauveur de tous les hommes.

Malgré notre confinement et la distance nécessaire avec chacun, l’Église est invitée à partager sa joie : Appelez des personnes de votre famille ou de la famille de l’Église ou des personnes isolées pour leur témoigner de votre attention, de votre joie et de votre amour qui a été renouvelé par le Christ !

 

JOYEUSE ET SAINTE FÊTE DE PÂQUES !!

Voir les commentaires

Rédigé par Paroisse Sainte Catherine du Passage

Publié dans #Pâque 2020

Repost0

Publié le 10 Avril 2020

Remarques pratiques pour bien vivre ce temps de prière

- Choisir un lieu, un espace de la maison qui peut devenir le lieu habituel de la prière durant ces jours saints, en semaine ou au moins le dimanche. Il n’a pas besoin d’être immense, mais dédié à cela. Il pourra recevoir une croix ou un crucifix, une image ou une icône de la Passion (images disponibles sur le site Narthex.fr), une Bible, des bougies, quelques fleurs…

- Se donner un horaire pour se retrouver, seul ou en famille, afin de vivre la célébration domestique. 18H30 est l’heure que nous vous proposons pour les Jeudi Saint, Vendredi Saint et Samedi (Veillée pascale) car c’est à cette heure que le Père Thibaud célébrera seul dans l’église Sainte Jehanne, mais vous pouvez vous associez à un horaire un peu décalé.

- Couper les téléphones pour n’être là que pour Dieu seul et pour la famille de l’Eglise !

- Vous pouvez retrouver les lectures sur aelf.org ou dans votre missel ou votre revue habituelle. Il est bien de choisir à l’avance une personne pour lire le déroulement au fur et à mesure, vous pouvez  faire cela à tour de rôle mais il faut que la personne soit d’accord avant pour ne pas créer de tension.

- Des chants et des pièces musicales sont proposées, avec également un lien actif, un supplément de chants est disponible à la fin.

 

Belles célébrations vers Pâques !

 

TROIS JOURS SAINTS POUR CÉLÉBRER LA PÂQUE DE JÉSUS

(Triduum pascal)

9 – 10 – 11 avril 2020

 

 

VENDREDI SAINT

 

 

La célébration du Vendredi Saint est orientée par le récit de la Passion de Jésus à Jérusalem : Jésus a accepté la mort pour nous, pour nous montrer le chemin du courage et de l’espérance car c’est Dieu son Père qui est vainqueur. Et sa mort innocente sur la Croix doit nous aider à voir sincèrement ce que nous faisons nous-même de mal, et à en demander le pardon et la grâce de la conversion.

 

 

PREMIÈRE PARTIE

 

- Notre temps de prière ce soir ne va pas nous inviter à chanter, ni à pleurer, mais à voir, à comprendre et à garder courage devant l’oeuvre de Satan, l’ennemi de Dieu, qui veut nous détruire.

 

- Commençons par regarder, avec un regard nouveau, cette Croix et ce chemin de croix que nous connaissons bien à Sainte Jehanne...Ecoutons et regardons.

- L’un d’entre nous dit : « Seigneur, nous savons que tu nous aimes sans mesure, toi qui n’as pas refusé ton propre Fils, mais qui l’a livré pour sauver tous les hommes. Aujourd’hui encore, montre-nous ton amour : nous voulons suivre le Christ qui marche librement vers sa mort. Soutiens-nous comme tu l’as soutenu, et sanctifie-nous dans le mystère de sa Pâque. Lui qui règne pour les siècles des siècles. Amen. »

 

- Jésus a été suspendu à la Croix, sur le mont du Golgotha vers midi, et il meurt vers 15h. Ecoutons le récit de sa Passion dans l’évangile selon saint Jean (chapitres 18 et 19), proclamé en extérieur, près d’une croix de pierre...

 

Lecture par les familles de Boisséson et Moga

DEUXIÈME PARTIE

 

 

- La couleur liturgique de ce jour est le rouge, couleur de la Passion, couleur du martyre, couleur de l’amour qui va jusqu’au bout.

 

Prenons part ce soir à la prière universelle de toute l’Église qui présente à Dieu volontairement tous les hommes : le pape et tous les chrétiens, les croyants d’autres religions, les athées, les responsables politiques et toutes les personnes écrasées par toutes sortes de souffrance. Pour que chacun trouve Jésus sur son chemin...

 

Vendredi Saint, Prière Universelle (Père Thibaud)

- Pour terminer, disons ensemble le Notre Père, qui rassemble toutes nos intentions.

Et la prière du pape à la Vierge Marie pour demander ensemble la fin de cette épidémie :

 

Oh Marie, tu brilles toujours sur notre chemin
en signe de salut et d’espoir.
Nous te faisons confiance, Reine des malades,
toi qui a gardé une foi ferme
alors que tu as partagé la douleur de Jésus
au pied de la croix.

Toi, salut du peuple romain et de l’humanité
tu sais ce dont nous avons besoin
et nous sommes sûrs

que tu exauceras nos demandes,
tout comme tu as fait revenir la joie et la fête
lors des noces de Cana en Galilée,
après un moment d’épreuve.

Aide-nous, Mère de l’Amour Divin,
à nous conformer à la volonté du Père
et à faire ce que Jésus nous dit,
Lui qui a pris sur lui nos souffrances
et a été chargé de nos douleurs
pour nous porter à travers la croix
à la joie de la résurrection. Amen.

Sous ta protection, nous nous réfugions,
Sainte mère de Dieu.
Ne méprise pas les demandes
que nous t’adressons dans le besoin.
Au contraire, délivre-nous de tout danger,
Oh glorieuse et bénie Vierge Marie.

Amen.

Je vous salue Marie...

 

- Chacun ensuite, personnellement, est invité en guise de conclusion, à aller embrasser une image de la Croix qu’il aime ou qui est chez vous. C’est un geste libre et personnel.

Sainte Croix à Sainte Jehanne

Sainte Croix à Sainte Jehanne

En ce Vendredi saint, restons sobres, demandons pardon à ceux que l’on a offensés et demandons à Dieu le pardon de nos fautes.

 

Nous pouvons aussi écouter la Passion selon saint Jean ou selon saint Matthieu de Jean-Sébastien BACH, ou un extrait en français :

 

Mystère du Calvaire https://youtu.be/aESIMQgb3Gk

Voir les commentaires

Rédigé par Paroisse Sainte Catherine du Passage

Publié dans #Pâque 2020

Repost0

Publié le 10 Avril 2020

Rédigé par Paroisse Sainte Catherine du Passage

Publié dans #Les jeunes, #Pâque 2020

Repost0

Publié le 9 Avril 2020

Remarques pratiques pour bien vivre ce temps de prière

- Choisir un lieu, un espace de la maison qui peut devenir le lieu habituel de la prière durant ces jours saints, en semaine ou au moins le dimanche. Il n’a pas besoin d’être immense, mais dédié à cela. Il pourra recevoir une croix ou un crucifix, une image ou une icône de la Passion (images disponibles sur le site Narthex.fr), une Bible, des bougies, quelques fleurs…

- Se donner un horaire pour se retrouver, seul ou en famille, afin de vivre la célébration domestique. 18H30 est l’heure que nous vous proposons pour les Jeudi Saint, Vendredi Saint et Samedi (Veillée pascale) car c’est à cette heure que le Père Thibaud célébrera seul dans l’église Sainte Jehanne, mais vous pouvez vous associez à un horaire un peu décalé.

- Couper les téléphones pour n’être là que pour Dieu seul et pour la famille de l’Eglise !

- Vous pouvez retrouver les lectures sur aelf.org ou dans votre missel ou votre revue habituelle. Il est bien de choisir à l’avance une personne pour lire le déroulement au fur et à mesure, vous pouvez  faire cela à tour de rôle mais il faut que la personne soit d’accord avant pour ne pas créer de tension.

- Des chants et des pièces musicales sont proposées, avec également un lien actif, un supplément de chants est disponible à la fin.

 

Belles célébrations vers Pâques !

 

 

TROIS JOURS SAINTS POUR CÉLÉBRER LA PÂQUE DE JÉSUS

(Triduum pascal)

9 – 10 – 11 avril 2020

 

 

JEUDI SAINT

 

 

La célébration du Jeudi Saint est orientée vers deux thématiques qui se rejoignent : le service concret du prochain (le lavement des pieds que nous ne pourrons pas vivre ce soir) et le repas d’action de grâce que Jésus a institué pour perpétuer sa présence et son action toujours en cours pour nous sauver du péché et de la mort (le sacrement de l’Eucharistie devant lequel nous serons, même en image, mais pour nous).

 

PREMIÈRE PARTIE

 

- Faisons le signe de la croix sur nous, lentement et profondément. Nous entrons ce soir dans la Passion de Jésus notre Seigneur.

 

- Pour entrer dans l’écoute de sa Parole et dans la louange commune, nous vous proposons d’écouter un ou deux chants, au choix, pour commencer. Choisissez-les :

- Prier, c’est parler, donner à Dieu, lui porter des intentions de prière, de joie, d’intercession pour d’autres ou pour nous, mais c’est d’abord et avant tout l’écouter Lui nous parler.

Répétons ensemble : « Seigneur, donne-nous ton Esprit d’écoute. Ouvre notre cœur et notre intelligence à ta voix »

 

La première lecture, tirée de saint Paul aux Corinthiens, nous remet à l’écoute de phrases connues, prononcées chaque jour depuis plus de 2000 ans. Prenons conscience du chemin qu’ont fait ces mots sur tous les continents, dans la vie de ceux qui les prononcent chaque jour, les prêtres, et dans la vie de ceux qui les reçoivent.

 

Lecture Muriel Duran : https://youtu.be/N6OBP2T5oYk

Lecture de la première lettre de saint Paul apôtre aux Corinthiens

Frères,
moi, Paul, j’ai moi-même reçu ce qui vient du Seigneur,
et je vous l’ai transmis :
la nuit où il était livré,
le Seigneur Jésus prit du pain,
puis, ayant rendu grâce,
il le rompit, et dit :
« Ceci est mon corps, qui est pour vous.
Faites cela en mémoire de moi. »
Après le repas, il fit de même avec la coupe,
en disant :
« Cette coupe est la nouvelle Alliance en mon sang.
Chaque fois que vous en boirez,
faites cela en mémoire de moi. »

Ainsi donc, chaque fois que vous mangez ce pain
et que vous buvez cette coupe,
vous proclamez la mort du Seigneur,
jusqu’à ce qu’il vienne.

Parole du Seigneur.

- Nous rendons grâce à Dieu

Restons assis, mais à l’écoute du deuxième texte choisi : l’évangile du Lavement des pieds, tiré de saint Jean 

Lecture Père Thibaud : https://www.youtube.com/watch?v=vOwpHnAIRSA

Gloire et louange à toi, Seigneur Jésus !

Évangile de Jésus Christ selon saint Jean

Avant la fête de la Pâque,
sachant que l’heure était venue pour lui
de passer de ce monde à son Père,
Jésus, ayant aimé les siens qui étaient dans le monde,
les aima jusqu’au bout.

Au cours du repas,
alors que le diable
a déjà mis dans le cœur de Judas, fils de Simon l’Iscariote,
l’intention de le livrer,
Jésus, sachant que le Père a tout remis entre ses mains,
qu’il est sorti de Dieu et qu’il s’en va vers Dieu,
se lève de table, dépose son vêtement,
et prend un linge qu’il se noue à la ceinture ;
puis il verse de l’eau dans un bassin.
Alors il se mit à laver les pieds des disciples
et à les essuyer avec le linge qu’il avait à la ceinture.
Il arrive donc à Simon-Pierre,
qui lui dit :
« C’est toi, Seigneur, qui me laves les pieds ? »
Jésus lui répondit :
« Ce que je veux faire, tu ne le sais pas maintenant ;
plus tard tu comprendras. »
Pierre lui dit :
« Tu ne me laveras pas les pieds ; non, jamais ! »
Jésus lui répondit :
« Si je ne te lave pas,
tu n’auras pas de part avec moi. »
Simon-Pierre
lui dit :
« Alors, Seigneur, pas seulement les pieds,
mais aussi les mains et la tête ! »
Jésus lui dit :
« Quand on vient de prendre un bain,
on n’a pas besoin de se laver, sinon les pieds :
on est pur tout entier.
Vous-mêmes,
vous êtes purs,
mais non pas tous. »
Il savait bien qui allait le livrer ;
et c’est pourquoi il disait :
« Vous n’êtes pas tous purs. »

Quand il leur eut lavé les pieds,
il reprit son vêtement, se remit à table
et leur dit :
« Comprenez-vous
ce que je viens de faire pour vous ?
Vous m’appelez “Maître” et “Seigneur”,
et vous avez raison, car vraiment je le suis.
Si donc moi, le Seigneur et le Maître,
je vous ai lavé les pieds,
vous aussi, vous devez vous laver les pieds les uns aux autres.
C’est un exemple que je vous ai donné
afin que vous fassiez, vous aussi,
comme j’ai fait pour vous. »

Acclamons la Parole de Dieu.

- Louange à toi Seigneur Jésus

- Quelle phrase a résonné en moi ce soir dans ces deux lectures ? Nous pouvons y repenser dans notre coeur et/ou simplement relire à ceux qui nous entourent la phrase qui parle le plus pour nous ce soir.

 

- Terminer cette première partie de l’écoute de la Parole de Dieu en écoutant un chant au choix, ou en le chantant :

DEUXIÈME PARTIE

 

- Prions : « Tu nous appelles, Dieu notre Père, à célébrer ce soir la très sainte Cène où ton Fils unique, avant de se livrer lui-même à la mort, a voulu remettre à son Eglise le sacrifice nouveau de l’Alliance éternelle. Fais que nous recevions dans la mémoire de ce repas, qui est le sacrement de ton Amour, plus de charité et de vie. Par Jésus le Christ, notre Seigneur. Amen »

 

- Nous ne pouvons pas ce soir faire le geste du lavement des pieds en communauté. Mais ne le faisons-nous pas chaque jour ? Et d’autres ne l’ont-ils pas fait pour nous ? Offrons les prénoms de tous ceux et celles qui nous ont transmis la foi, qui se sont mis à notre service, pour notre croissance humaine et spirituelle…

 

- Chacun dans son coeur, après l’offrande de tous ces prénoms, prenons quelques minutes pour dire au fond de soi MERCI et PARDON. Merci pour toutes ces bonnes personnes, pour tous ces bons exemples. Et Pardon pour nos refus de servir, nos jugements, notre paresse, notre égoïsme, notre manque de foi ou d’espérance.

 

...Après ce temps de silence, l’un de nous peut lire la prière de la Préface de la Messe de ce soir, avant de regarder Jésus venir dans l’Eucharistie :

 

« Vraiment, il est juste et bon de te rendre gloire, de t’offrir notre action de grâce, toujours et en tout lieu, à toi, Père très saint, Dieu éternel et tout-puissant, par le Christ notre Seigneur.

C’est lui le prêtre éternel et véritable, qui apprit à ses disciples comment perpétuer son sacrifice. Il s’est offert à toi en victime pour notre salut, il nous a prescrit d’accomplir après lui cette offrande pour célébrer son mémorial.

Quand nous mangeons sa chair immolée pour nous, nous sommes fortifiés ; quand nous buvons le sang qu’il a versé pour nous, nous sommes purifiés.

C’est pourquoi, en communion avec toute l’Église en prière, avec les anges et les archanges, avec tous les esprits bienheureux, regardons le Christ en son Eucharistie.

Demandons à Dieu la grâce de la concentration pour tenir quelques minutes devant lui qui se donne à voir dans toute sa puissance et sa beauté. Recevons la force du silence qui contemple Dieu.

 

Vidéo Jeudi Saint Adoration : https://www.youtube.com/watch?v=egopWrly7ec

- Notre Père qui es aux cieux

 

Puis écoutons un dernier chant, avant de nous préparer à la journée de demain, la Crucifixion du Seigneur.

 

- Terminons notre prière en demandant au Seigneur des prêtres qui transmettent la présence de Jésus par les sacrements. Prions pour les formateurs de séminaires, pour notre prêtre et pour notre évêque. Ils ont accepté de tout quitter pour Jésus et ont été ordonnés pour le service de son peuple saint.

«  Seigneur, donne-nous des prêtres (bis), Seigneur donne-nous de saints prêtres (bis), et rends-nous dociles à ton Esprit (bis). »

 

- Au nom du Père, et du Fils et du Saint Esprit. Amen.

 

 

Demain, l’Église est invitée à vraiment jeûner de nourriture (sauf les moins de 14 ans et les plus de 70 ans). Restons sobres dans nos activités, et ne quittons pas des yeux et du coeur la Croix pour qu’elle nous parle, qu’elle nous encourage dans le don de nous-mêmes !

Voir les commentaires

Rédigé par Paroisse Sainte Catherine du Passage

Publié dans #Pâque 2020

Repost0